@desinfopointcom

Le bilan de Nicolas Sarkozy après 6 mois à l'Elysée : entretien exclusif avec Désinformations.com

du Rédacteur Suprême
publié le 06-11-2007

Nous avons délégué cet entretien exclusif à Pascal Dubonchoix, président du SUCE (Syndicat Unifié des Cireurs de pompes Européens), qui a été reçu par le Président de la République, au Palais de l'Elysée, dans une ambiance bon enfant. Les questions avaient bien entendu été vues au préalable avec David Martinon, son porte-parole, et contrôlées par ses collaborateurs Claude Guéant et Henri Guaino, pour éviter que ne se reproduise un fâcheux incident comme celui qui avait interrompu sa récente interview par CBS.

Six mois après, tout est-il devenu possible comme il était prévu ?

Monsieur le Président, merci tout d'abord de nous recevoir à l'heure, avec cette précision d'horloge suisse qui vous honore. Comment allez-vous bien ? Comment vous sentez-vous après ces six premiers mois, les plus intenses qu'un Président de la République n'ait jamais vécus ?

Merci à vous de prendre de mes nouvelles. Je voudrais profiter de l'occasion qui m'est donnée pour rassurer vos lecteurs bien désinformés. Je vais très bien, je surmonte les épreuves personnelles par le travail et par l'hygiène de vie irréprochable que tout le monde connaît : footing quotidien et une alimentation saine, sans alcool.

Vous n'échapperez pas à l'inventaire de vos promesses électorales et aux critiques sur celles que vous n'auriez pas tenues. Comment répondrez-vous à ces critiques injustes ?

J'avais promis la rupture : mon divorce avec Cécilia montre que je tiens mes engagements.

J'avais promis que l'on pourrait travailler plus pour gagner plus : je l'ai prouvé moi-même en obtenant une augmentation de 140% de mon salaire de Président au prix d'une activité que tout le monde reconnaît comme plus importante que celle de mon prédécesseur.

Que faut-il de plus aux tenants de la politique politicienne pour se convaincre que je m'engage personnellement dans le redressement de la Patrie des Droits de l'Homme que j'aime ?

Pourtant certaines promesses n'ont pas pu être tenues, comme la défiscalisation des intérêts d'emprunts...

Vous avez parfaitement raison de formuler votre question de cette manière neutre et juste : cette promesse n'a pas pu être tenue [NDLR : il hausse le ton] parce que le Conseil Constitutionnel l'a rejetée alors que le peuple souverain qui m'a élu le 6 mai y était favorable.

Cette situation montre à quel point j'ai raison de souhaiter une réforme de nos institutions, pour rendre au peuple que j'incarne toute sa souveraineté et en finir par exemple avec cet aréopage usé et fatigué qui censure honteusement la volonté populaire et qui est composé d'individus qui sont largement à l'âge de faire valoir leurs droits à la retraite.

Certaines mesures paraissent mal comprises, comme le bouclier fiscal dont quelques centaines de foyers ont voulu bénéficier alors qu'ils étaient près de 100.000 éligibles...

J'avais promis de préserver le pouvoir d'achat des plus riches avec le bouclier fiscal et je l'ai fait. Maintenant, je comprends votre impatience de voir les résultats mais je vous rappelle qu'en dépit de la simplicité apparente de la mesure, il faut laisser le temps aux bénéficiaires potentiels de s'organiser pour tirer pleinement avantage de la situation.

D'ici quelques mois au plus, je suis certain que chacun aura réorganisé son patrimoine et mis de l'ordre dans ses opérations passées pour pouvoir activer son bouclier fiscal sans risque inconsidéré en cas de contrôle fiscal.

La relance de la croissance est à ce prix : nous devons aussi savoir nous montrer patients. Voilà une réfutation par l'exemple que j'adresse grâce à vous à tous ceux qui raillent mon "agitation" et mon désir d'aller toujours vite que certains ont pu qualifier, dans le passé, d'arrivisme.

Une dernière question, Monsieur le Président, si vous le permettez. Vous savez que Désinformations.com a suivi de très près vos récents déplacements humanitaires, que ce soit à N'Djamena le week-end dernier ou à Saint Jean d'Illac (33127) il y a quelques semaines où vous aviez ramené la paix civile. Quels premiers enseignement tirez-vous de votre engagement personnel si positif ?

J'ai toujours été hyper sensible à la souffrance humaine comme aux causes perdues et je l'ai prouvé à moult reprises : en négociant avec HB lors de la prise d'otages de la maternelle de Neuilly, en me ralliant à Edouard Balladur en 1995, en me sacrifiant pour accepter le poste de ministre de l'intérieur en 2002 alors que le sentiment d'insécurité était au plus haut, en déléguant Cécilia pour libérer les infirmières bulgares...

Mes récentes actions que vous qualifiez si justement d'humanitaires s'inscrivent dans cette lignée, et je confirme donc vos récentes désinformations selon lesquelles je viens de créer la Fondation Sarko Rescue.

Non seulement, je vais approfondir mon engagement humanitaire décomplexé mais en plus la Sarko Rescue s'attachera à réaliser un suivi régulier de ses oeuvres. Ainsi, je peux d'ores et déjà vous confier que je retournerai bientôt à Saint Jean d'Illac pour me rendre compte sur le terrain de l'avancée de la démocratie, et je repartirai au Tchad pour m'informer personnellement de ce que les enfants de l'Arche de Zoé sont devenus.

Je veux privilégier l'effet boule de neige pour que l'action humanitaire appelle le progrès social.

Monsieur le Président, il me reste à vous remercier pour le temps que vous nous avez consacré et les réponses sans détour que vous avez accordées à nos questions les plus dérangeantes soient-elles du fait de cet art de la provocation que tout le monde nous reconnaît.

Merci, cher Pascal Dubonchoix.

Faites attention, il y a le bord extérieur de ma chaussure droite sur lequel vous avez mis un peu trop de cirage...

#Nicolas Sarkozy | #bilan sarkozy | #Saint Jean d'Illac |

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 05-11-2007

Après l'Arche de Zoé au Tchad, Nicolas Sarkozy prévoit d'autres actions humanitaires pour ses prochains week-ends

suivant : 11-11-2007

Nicolas Sarkozy prépare l'invasion de la Wallonie après le Beaujolais nouveau

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales