@desinfopointcom

En raison de la grippe porcine, le prochain conseil d'administration du CNRS se tiendra en orbite, dans la navette spatiale Atlantis

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 05-05-2009

Des personnels fonctionnaires du CNRS, grassement payés même quand ils font grève, ont à plusieurs reprises occupé des conseils d'administration de l'établissement, afin de protester contre le démantèlement de leur institut.

En effet, le CNRS est actuellement en phase de restructuration, ou plutôt, selon des chercheurs, de déstructuration.

L'éparpillement du CNRS en de multiples instituts et pôles permettra le développement de la valorisation et l'économitude de la recherche, et permettra de mettre fin aux projets de recherche multidisciplinaires.

Afin que les événements regrettables des dernières fois ne se renouvellent pas (conseil d'administration dans un lieu de rendez-vous secret protégé par des camions de CRS), le prochain conseil d'administration du CNRS avait été prévu au Mexique, à Chicxulub. Malheureusement, à cause de la grippe porcine, cette réunion a dû être annulée. Il a donc été décidé que le CNRS réunirait son conseil d'administration à Genève, en Suisse. Mais les fonctionnaires activistes opposés à la révolution libérale de la recherche et à sa mise en concurrence ont eu vent de ce nouveau lieu de réunion, et celle-ci pourrait à nouveau être déplacée.

Des négociations sont en cours actuellement avec la NASA pour que le prochain conseil d'administration ait lieu en orbite autour de la Terre, dans la navette spatiale Atlantis.

Selon Sévère Dubonchoix, conseiller pour la sécurité à l'Elysée, cette solution éviterait toute approche du conseil d'administration par les administrés. Selon Scott Dubonchoix, conseiller en communication auprès du Ministère de l'Education et de la Recherche en Difficulté (le MERD) : "un conseil d'administration en apesanteur, dans un vaisseau américain, serait à la fois excellent pour l'image de marque de l'organisme, qui, quoi qu'en cours de démantèlement, veut se placer à la pointe de la modernité ; et pour souligner à la fois l'indépendance de la recherche française, et le rapprochement de celle-ci avec la grande nation américaine".

Il est en effet important d'entretenir de bon rapports avec les organismes américains, puisqu'à terme, ce sont eux qui auront seuls les moyens de financer les travaux de la plupart des chercheurs formés dans les universités françaises.

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 04-05-2009

Divorce de Silvio Berlusconi : la France à la tête de l'aide internationale

suivant : 06-05-2009

Hadopi amendée pour interdire Jean Ferrat et Aragon

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales