@desinfopointcom
credit33.fr

Débat sur l'identité nationale : Nicolas Sarkozy fixe les critères avec lesquels il faudra être d'accord avec lui

correspondance du Microcosme
publié le 02-11-2009

France de souche - 60% des Français de souche indiquent que le débat sur l'identité nationale "est une bonne chose", selon un sondage publié par nos confrères du Parisien. Selon ce sondage, les Français estiment à 80% que la langue française est un élément important qui constitue l'identité de la France, un peu comme au Luxembourg et en Belgique. Pour 84% d'entre eux, la République est un symbole fort de notre sens du partage du pouvoir, comme à l'époque de la Rome antique. Le drapeau tricolore est à 63% plutôt bien aimé, les couleurs vont bien ensemble, tandis que la Marseillaise est chanté par 50% des personnes interrogées, par ailleurs amateurs de football. Eric Besson, ministre des relations avec l'Afghanistan, s'est dit ainsi satisfait que "le peuple français de souche se soit saisi du débat sur l'identité nationale".

Eplucher l'identité nationale

Le ministre des expulsions précise qu'il "convient toutefois de prendre garde à ce que les Français de souche bourrés, et donc gisant à même le caniveau après avoir arrosé une victoire de l'équipe de France de football, ne prenne le drapeau néerlandais pour notre drapeau national. Nous demandons donc à la Commission européenne de bien vouloir changer le drapeau néerlandais."

Brice Hortefeux, ministre de l'immigré unique parce que c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes, a tenu à ajouter qu'un "débat devait s'ouvrir au sujet du drapeau italien pour résoudre les cas de daltonisme". Il faut toujours qu'il fasse son intéressant, celui-là. Passons.

Les discussions seront alimentées par le rapport du Haut Conseil à l'Intégration, "Faire connaître les valeurs de la République", et un rapport parlementaire sur "le respect des symboles de la République". Le débat s'achèvera " avant le 28 février 2010" avec une synthèse générale d'Eric Besson, ministre de la félonie obséquieuse. Toutefois, craignant que la surenchère entre sous-ministres ne fasse déraper son plan de communication, le présidentissime Nicolas Sarkozy a décidé de prendre les devants. Réunissant son gouvernement opérationnel, Henri Guaino et Claude Guéant, il déclare : "il est bien le petit traître... mais il ne faudrait pas qu'il se prenne pour moi ou me trahisse pour un autre parti."

"Votre altissime présidentissime a bien raison", ont aussitôt enchaîné en coeur les deux ministres. "C'est pourquoi je publierai demain dans tous les journaux de France, puis dans les JT, les bons critères de l'identité nationale française : cela guidera les débateurs vers mes conclusions". "Bravissimo, votre altissime présidentissime", ont applaudi les deux ministres tout admiratifs.

Selon les mots du présidentissime, les Françaises et les Français sont donc invités par le présidentissime à noter les critères qui font l'identité nationale française:

- moi (Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa)

- Carla (modèle d'intégration réussie)

- ma famille sauf Cécilia qui m'a quitté

- tout homme mesurant moins de 1,58m

- les membres de l'UMP à jour de cotisation

- toute personne que je désignerai moi-même.

Le débat sur l'identité nationale sera mené dans les préfectures et les sous-préfectures : tous les résidents devront y participer sur convocation, et présenter leurs papiers d'identité à l'entrée de la salle des débats. Chaque débat se fera en tête à tête avec 5 représentants des forces de l'ordre. Afin de s'assurer du calme et de la bienséance des échanges, les prévenus seront placés en isolement en attendant leur tour, puis menottés pendant l'interrogatoire. Une empreinte ADN sera systématiquement prélevée pour "mettre à jour les fichiers", et les personnes "suspectes de ne pas être entièrement françaises devront passer un bracelet électronique GPS pour que la police puisse garder un oeil sur elles et les rafler le moment venu", si par chance elles n'étaient pas placés en détention avant d'être expulsées de notre Bonne Terre de France vers une zone de guerre.

350 charters seront affrétés et toujours prêts à décoller pour l'Afghanistan mais aussi le Congo, la Somalie, la Tchétchénie, etc.

#identité nationale | #Nicolas Sarkozy | #Eric Besson

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 01-11-2009

Plusieurs centaines d'enfants toujours en garde à vue après Halloween

suivant : 02-11-2009

Réforme des collectivités territoriales : la solution pour les 3.000 élus locaux devenus inutiles

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales