@desinfopointcom

Immigration : Nicolas Sarkozy lance la carte nationale d'identité à points

correspondance du Microcosme
publié le 07-10-2010

Les débats sur la loi "Immigration" présentée par Eric Besson, ministre de la trahison haineuse, arrivent à terme. La dangereuse opposition socialo-gréviste n'ayant évidemment rien proposé en alternative à cette loi saine de souche qui rétablit les principes de Vichy un peu rapidement mis de coté, le présidentissime Nicolas sarkozy 1er des Roms s'apprête à poser sa cerise personnelle sur le gâteau des expulsions massives : la création d'une carte nationale d'identité à points.

Maquette de la carte d'identité à points

On le rappelle, le présidentissime Nicolas sarkozy 1er des Roms a su faire admettre à sa majorité que la déchéance de la nationalité pour tous les criminels Roms et étrangers devaient être opérationnelle d'ici l'été prochain. Débats passionnés et de haut vol dont le contenu rappelle que le présidentissime Nicolas sarkozy 1er des Roms est un visionnaire mondialement influent sur la France : "qu'est-ce que je dois que je fais d'abord ? Si l'étranger qu'il obtient un passeport français ou pas, et que son potentiel criminel doit nous rendre qu'on est prudent et donc qu'on peut lui retirer la nationalité parce qu'il est Roms donc pas de souche... il faut bien lui déchirer la nationalité de sa race".

Cette logique de bon sens implacable risquat toutefois de se heurter à un écueil syndicaliste de gauche : "votre présidentissime Nicolas sarkozy 1er des Roms, les juges sont d'irresponsables gaucho-grévistes qui pourraient ne pas déchirer la nationalité des étrangers... il faut que la mesure soit administrative et donc automatique", indiquait Claude Guéant, co-ministre de gouvernement, "c'est pourquoi je propose la création d'une carte d'identité à points".

Sitôt dit, sitôt adoptée, la mise en oeuvre opérationnelle de l'idée fut confiée à Henri Guaino, co-ministre du gouvernement, qui a rendu compte au conseil des ministres de ses conclusions.

Les principes généraux du dispositif de la carte d'identité à points sont simples :

1. Pourquoi une carte nationale d'identité à points ?

La carte nationale d'identité à points s'inscrit dans une démarche pédagogique : éviter l'infraction et la récidive des Roms et des étrangers. Son objectif est préventif en "responsabilisant" les étrangers et en sanctionnant le comportement de ceux qui transgressent les règles de la France de souche. La carte nationale d'identité à points est un système d'alerte qui amène l'étranger à prendre conscience de la nécessité d'une conduite sociale raisonnablement soumise aux Français.

2. De combien de points est affecté une carte nationale d'identité à points ?

La carte nationale d'identité est crédité d'un capital de 2.000.000 de points pour les Français de souche, de 5 points pour les étrangers ayant obtenu la nationalité française par naturalisation. Pour les Français d'origine étrangère mais né sur le territoire de souche, la carte nationale d'identité est créditée de 10 points si l'un des deux parents est français de souche, de 6 points si les deux parents sont étrangers. La carte nationale d'identité à points ainsi obtenue est dite "probatoire" pendant une période de 41 ans. Ce délai est ramené à 40 ans si un des parents de l'enfant est français de souche. Si aucune infraction n'est commise pendant ce délai probatoire, la carte nationale d'identité est alors affecté de 12 points après délibération du juge des infractions par les étrangers sur le territoire de souche ou à l'encontre d'un Français de souche avec le présidentissime Nicolas Sarkozy 1er des Roms, en tête-à-tête.

3. Comment s'opère le retrait de points ?

Le retrait de points s'opère automatiquement dès qu'il y a début soupçon d'infraction commise par l'étranger, soupçon que chaque Français de souche peut transmettre aux autorités sur le site Internet du ministère de la haine jedenoncelesetrangers.gouv.fr. La liste des infractions au Code de la Nationalité à Points entraînant automatiquement un retrait de points est fixée par le législateur sous tutelle de l'excutif, lui-même sous tutelle de l'Elysée: soupçon de polygamie, soupçon d'abus de la sécurité sociale, occupation d'une activité privant un Français de souche d'un emploi, etc. On notera que le dispositif prévoit qu'un enfant mineur issu d'une lignée étrangère et qui "rate de manière répétée deux fois ses cours se verra délivrer une carte nationale d'identité amputée de 4 points au moins. La privation de points sera aggravée s'il a au moins 4 frères ou soeurs et qu'il vivent tous dans un taudis de 25m2 en répandant des odeurs et des bruits qui dérangent les voisins de souche du palier".

Le nombre de points retiré sera d'autant plus important que l'infraction commise est grave. Ainsi, vivre dans une caravane est passible du retrait à vie de tous les points, sanction administrative assortie d'une expulsion au choix soit dans les camps aménagés à cette fin, travaux subventionnés par la Commission européenne en association avec le Club Med, en Roumanie ou en Bulgarie, voire sur le front afghan.

4. Comment obtenir une reconstitution de son capital de points ?

Cela dépend de son origine ethnique. Les Roms n'ont aucune chance de reconstituer quoi que ce soit. La Suédoise blonde est mieux perçue.

5. Comment vivre avec une carte nationale d'identité sans point ?

Ce n'est en fait pas le problème de la France, vu que l'étranger sera en Roumanie, ou en Bulgarie, voire en Afghanistan. A ses frais, soulageant le contribuable de souche d'une charge injustifiée et clairement dénoncée par la Cour des Comptes Français (CCF) dans son dernier rapport "du bon usage des deniers de souche : rapport pour une France des nantis (FN) - octobre 2010".

Par décision du 16 juin 2011 à venir (DC n° 11-4511 du 16 juin 2011), le Conseil Constitutionnel affirmera le principe selon lequel la procédure du retrait de points de la carte d'identité nationale "ne porte pas atteinte à la liberté individuelle des Français de souche au sens de l'article 66 de la constitution" et "qu'eu égard à son objet, et sous réserve des garanties dont est assortie sa mise en œuvre elle ne porte pas davantage atteinte à la liberté de repartir chez des étrangers". La Cour Européenne des Droits de l'Homme, par un arrêt qui sera publié le 23 septembre 2011 conclura également, à l'unanimité, que la législation relative à la carte d'identité nationale à points français offrira un contrôle juridictionnel suffisant au regard de l'article 6-1 de la convention européenne des droits de l'homme (CEDH, 23 septembre 2011, M. Dubonchoix c/France) pour tous les Français de souche.

#carte d'identité | #Roms | #immigration | #Nicolas Sarkozy |

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 07-10-2010

Bernard Kouchner démissionne après 3 ans d'opposition interne à Nicolas Sarkozy

suivant : 07-10-2010

Un professeur de philosophie parisien mis en examen pour manipulation terroriste de ses élèves

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales