@desinfopointcom

Les cadres parisiens ne sont pas assez stressés

correspondance de Guernesey
publié le 22-01-2002

Dans sa dernière étude de psychologie sociétale appliquée, "Stress, situations et attitudes" le professeur Léon-Louis Bazeloberg constate que les cadres parisiens sont nettement plus détendus que leurs confrères de province, ce qui expliquerait leur moindre productivité.

Mieux stresser les cadres, un enjeu stratégique pour la France
CC Wikimedia

Fruit de plusieurs jours d'immersion complète en entreprise, l'étude du professeur Bazeloberg est avant tout une "monographie de la psychologie des rapports sociétaux en environnement précontraint" tel que le scientifique la définit lui-même.

"Au travers de cette approche de terrain, j'ai essayé de montrer comment le facteur stressatoire identifié dès 1928 par Ernst Young pouvait se traduire par une multitude de comportements professionnels différents" explique le professeur pour qui "le retard des cadres parisiens s'explique principalement par un déficit d'agent stressogène lors de leur précédente journée de travail".

Bien logé sur son lieu de travail, agréablement nourri dans des cantines de qualité, transporté à peu de frais sur des durées laissant une large place aux activités de détente culturelle comme la lecture ou l'écoute de musique, le cadre parisien serait en définitive nettement plus détendu que son collègue de province, ce qui expliquerait son retard moyen quotidien d'une heure et demie sur le lieu de travail.

"Au cours de ce travail d'observation, nous avons réalisé une expérience intéressante consistant à faire subir chaque soir à une dizaine de cadres présélectionnés un stress ponctuel et régulier : brimade, vexation, critique de mauvaise foi, rappel de délais intenables, prise de réunion impromptue...". A l'issue de cette expérience l'équipe du professeur Bazeloberg a constaté que près de 50% des sujets sont arrivés régulièrement vers 8h30 au lieu des 10 heures habituelles.

Mieux, le stress pourrait servir de facteur unique de motivation et de projet d'entreprise : "les sujets stressés ont rapidement oublié toute forme de cet esprit d'entreprise surfacique des années 90". En quelques jours, les notions de projet, de client et de relation win-win ont laissé la place à l'unique obsession du délai et transformé une bande de mollassons ventripotents en un bataillon d'élite prompt à rester après 21 heures pour boucler des dossiers dont ils ne connaissent même plus le contenu.

"Un bon point au passage pour la confidentialité des informations de l'entreprise", note, satisfait, Marc Dugland, manager de 35 ans qui a été l'un des premiers à s'intéresser aux techniques dérivées du TRM en entreprise.

Désinformations.com a voulu en savoir plus et a interrogé pour vous Norton C. Ridewell, consultant généraliste es tout sur tout, qui nous en dira plus prochainement dans une interview consacré au Delay Management.

#cadre | #stress | #Paris | #parisien | #TRM |

 

Correspondant à Guernesey

lire tous ses billets

 

précédent : 20-01-2002

Avec le nouvel iMac, Apple révolutionne le rapport humain - machine

suivant : 22-01-2002

Le Delay Management place le délai au coeur de l'entreprise

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales