Désinformations.com

Kids dropping battle : Saint-Ouen mène devant la Courneuve 6 étages à 5.

correspondance de Houston (Texas)
publié le 24-08-2011

Alors que les employés des grands immeubles de bureaux s’en sont donné à cœur joie cet été avec les batailles de Post-it, les chômeurs des quartiers défavorisés ne sont pas en reste dans la recherche de sains divertissements.

Seul inconvénient de leur statut précaire : le manque de ressources pour se procurer ces pense-bête repositionnables vendus à prix d’or. Face à cette intolérable situation d’exclusion, ils ont alors eu l’idée géniale d’utiliser une ressource abondante et renouvelable : leurs enfants.

Le but du jeu, qui connaît un succès grandissant, consiste à faire tomber des enfants depuis l’étage le plus élevé possible. Seuls les enfants survivants voient leur saut homologué, ce qui ne va pas sans quelques grincements de dents, d’autant que le dernier record homologué à Saint-Ouen (6 étages) est entaché de soupçons d’irrégularité. « l’enfant a rebondi sur un toit en plastique avant de toucher le sol. À la Courneuve, où ils avaient réussi un très beau 5 étages entravé la veille, le ton monte confie un fin connaisseur du dossier.

Les services d’urgence reconnaissent pour leur part attendre la rentrée des classes avec une certaine impatience. « Un tuyau de 6 mètres, 30 litres d’eau sous 20 bars de pression et une grande bassine, les tentatives de suicide d’enseignants sont tout de même beaucoup plus simples à gérer » admet sous couvert d’anonymat un médecin du Samu. « Les vacances pour nous, c’est l’enfer. Chacun son tour ! » conclut-il.

#post-it battle | #nouveaux loisirs | #vacances

 

Correspondant à Houston (Texas)

lire tous ses billets

 

précédent : 24-08-2011

Immigration : Guéant exige la maîtrise de la langue française et une révision de la constitution

suivant : 25-08-2011

Steve Jobs démissionne : l'iPhone 5 sans la voix de son maître

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales