@desinfopointcom

Jean-François Copé dénonce le racisme anti-blanc, pour commencer

du Rédacteur Suprême
publié le 26-09-2012

Secrétaire général de l'UMP et candidat à la présidence de l'ex-parti unique, Jean-François Copé vient de dénoncer le racisme anti-blanc, provoquant un tollé savamment orchestré par ses communicants. Pourtant, pourquoi le nier plus longtemps ? Il y a dans notre pays des gens qui n'aiment pas les blancs, ces Français de souche qui ne veulent pas qu'on les appelle "les Gaulois", surtout quand ce sont des gens de souche allogène qui profèrent l'anachronique injure. En retard dans les intentions de vote par rapport à François Fillon, ce dangereux gauchiste sectaire, Jean-François Copé frappe fort et là où ça fait mal, c'est-à-dire en dessous de la ceinture qui fait la frontière entre l'UMP et le FN, en reprenant une phraséologie chère à ce dernier. Mais le "racisme anti-blanc" n'est bien entendu qu'une première étape.

La République pleurant sur les propos de Jean-François Copé (allégorie)
CC Flickr - ctruongngoc

Nous avons interrogé le nouveau conseiller en communication du Guère de Meaux : désoeuvré depuis la non-victoire du présidentissime en mai dernier en raison des manoeuvres politiciennes louches des irresponsables socialistes qui ont réussi à faire croire à une majorité de Français qu'ils en avaient assez de Nicolas Sarkozy, c'est un fidèle compagnon de route de l'ex-présidentissime qui a rejoint les rangs de l'actuel secrétaire général de l'UMP. Adolphe-Benito Dubonchoix, bien connu de nos lecteurs, ancien responsable de la commission "Race et sécurité" de l'ex-parti unique, a accepté de nous dévoiler en exclusivité la stratégie de son poulain. "La vraie France, c'est-à-dire celle qui vote UMP de souche, est prête à voter pour les idées du Front National mais non pour ses candidats, probablement par pudeur et maîtrise insuffisante du pas de l'oie", nous explique Adolphe-Benito Dubonchoix, qui en veut pour preuve que " la progression du présidentissime dans les sondages des mois d'avril et mai a montré que si sa campagne d'extrême-droite avait duré juste quelques semaines de plus, il l'aurait emporté haut la main face à l'irresponsable socialiste, candidat des apatrides et des homosexuels".

Jean-François Copé reprend donc la campagne de Nicolas Sarkozy là où il l'avait laissée et, pour être mieux compris des électeurs de l'UMP dont le destin est de se rapprocher de ceux du FN, il leur parle "un langage commun". D'où ce racisme anti-blanc qui fait sensation, et qui ne fera que précéder, nous révèle Adolphe-Benito Dubonchoix, la future dénonciation du racisme anti-hétérosexuel et de l'ostracisme anti-héritiers, trop souvent associé à la ségrégation anti-droite-décomplexée. Sans oublier, lorsque le story-telling de la campagne s'orientera sur un plan plus intime, la dénonciation du racisme anti-chauves, dont Jean-François Copé souffre tant depuis l'école primaire.

En fin de journée, les marchés ont salué la dénonciation du racisme anti-blanc : le CAC40 clôturait en hausse, tiré par l'envolée de la demande des valeurs des industriels du sac à vomi, malgré la chute de celles du laxatif, victimes de la concurrence des écrits de Jean-François Copé.

#Jean-François Copé | #Adolphe Benito Dubonchoix | #UMP | #Front National | #racisme | #laxatif | #sac à vomi |

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 25-09-2012

Facebook : le bug apporte d'importantes révélations sur l'Histoire récente

suivant : 01-10-2012

Nikola Karabatic incarcéré au tribunal de la Haye

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales