@desinfopointcom

Joël Dicker décroche le Prix Goncourt des lycéens et propose un prix Goncourt génération

correspondance du Microcosme
publié le 15-11-2012

Joël Dicker est un auteur à succès dont les livres s'arrachent par centaine de milliers dans de nombreux pays. Avec "La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert", il a séduit les lycéens qui lui ont attribué leur prix Goncourt. Ce polar ludique du jeune auteur suisse pour raisons fiscales, a été un des livres les plus commentés de la rentrée littéraire. Le prix Goncourt des lycéen a été créé en 1987 pour calmer les revendications incontrôlables de l'Unef canal agité qui "réclamait une culture des jeunes pour les jeunes ou alors on pète tout". Le gouvernement de droite responsable de l'époque, alors empêtré dans la réforme Devaquet, avait cru bon lâcher un peu de lest en créant ce nouveau prix littéraire.

Un ouvrage qui cumule les distinctions

Celui-ci était "adapté à une jeunesse qui de toute façon ne lit que des mangas décadents", ainsi que l'avait glissé en off le ministre du redressement à moto et par la matraque des masses gauchistes, Charles Pasqua. "On va tout péter quand même", avait alors rétorqué, insolente et rebelle, l'Unef anarcho-révolutionnaire. Charles Pasqua avait glissé par la suite que "ce prix mineur ne nous empêchera pas de tuer quelques étudiants rebelles pour l'exemple... arabes si possible". Ce qui fut fait, comme quoi la droite de souche sait tenir parole.

Mais les temps ont changé. François Hollande est devenu le président normalissime socialo-irresponsable. Avec une proposition totalement irresponsable : le contrat génération, selon lequel si un employeur qui travaille dur ne vire pas un vieux inutile ET embauche un jeune assisté, alors il sera exonéré de cotisations sociales. Dans ce contexte, compte tenu des menaces implicites que le régime totalitaire socialo-syndicaliste impose aux gens qui se lèvent tôt le matin pour aller casser de l'immigré, la proposition du jeune auteur est habile : "si une maison d'édition reçoit un prix Goncourt lycéen ET un prix Goncourt senior (attribué cette année au "Sermon sur la chute de Rome"), alors elle pourrait exonérer d'impôts des auteurs primés".

Très sensible à ce clin d'oeil politique, la ministre du redressement culturel, Aurélie Filipetti, s'est ainsi dite très intéressée et prête à réfléchir à un prix Goncourt génération qui serait mis en place dès janvier 2013. Cette proposition expliquerait le retour massif de la croissance au 3ème trimestre de l'année 2012. La croissance, c'est la confiance.

#Joël Dicker | #Prix Goncourt des lycéens | #Prix Goncourt | #Aurélie Filipetti |

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 15-11-2012

Droit de vote des étrangers : c'est déjà fait, annonce Manuel Valls

suivant : 15-11-2012

Le prochain trailer de GTA V mettrait en scène Mohamed Merah

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales