@desinfopointcom
credit33.fr

Notre Dame des Landes reconverti en réserve de biodiversité ?

correspondance du Pays Cathare
publié le 16-11-2012

Le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, cher au premier ministre socialo-irresponsable, est en train de battre sérieusement de l'aile. Ses opposants se mobilisent pour empêcher sa construction avec comme point d'orgue la manifestation de ce samedi. Les forces de l'ordre public attendent 30.000 personnes et le ministre du redressement de l'intérieur, Manuel Valls, pourrait se rendre lui-même sur place comme arme de dissuasion massive. Une cellule interministérielle de crise s'est tenue afin de proposer des solutions moins irresponsables à ce qui ressemble de plus en plus à un bourbier entretenu par de discrets crachins sub-bretons.

Pélerinage de Notre Dame, dans les Landes
CC Flickr - Melle Bé

Depuis quelques mois que dure la protestation populaire contre l'aéroport pour tous, une faune bigarrée a envahi les 1.300 hectares du bocage nantais protégés depuis les années 1970 de l'appétit des promoteurs grâce à un classement en Zone d'Aménagement Différencié dans le but, déjà, d'y construire un aéroport digne d'accueillir le Concorde, fleuron de l'industrie aéronautique de l'époque. Cette zone est devenue non seulement le royaume du triton diurne à crête mais aussi celui du raveur noctambule à dreadlocks et camping-car modèle 1980. Or, ces deux espèces sont protégées et risqueraient de disparaître en cas de construction du nouvel aéroport socialo-irresponsable de Nantes. Bob Dubonchoix, biologiste des populations cannabinophiles, estime que "la disparition du batracien et du raveur à dreadlocks constituerait une perte inestimable pour la biodiversité. Les seuls lieux de reproduction actuels sont situés dans la haute-vallée de l'Aude, notamment à Bugarach, ainsi qu'à Cubières-sur-Cinoble situé à 12 km soit 8 heures de 4x4 de la seule localité française labellisée fin du monde 2012. La perte du refuge de biodiversité de Notre-Dame-des-Landes signe l'arrêt de mort de ces deux populations".

Le sort du triton à crête et du raveur noctambule à dreadlocks se joue par conséquent à Notre-Dame-des-Landes. Les écologistes de tout poil vêtus subséquemment de vestes de chèvre, mouton, yak, et même caribou ont parfaitement compris les enjeux. "Avant qu'il ne devienne premier ministre, personne ne connaissait Jean-Marc Ayrault, à part dans les maisons de retraite de Nantes où sa jovialité faisait mouche auprès des pensionnaires. A présent, nous comptons utiliser sa récente notoriété pour déjouer son projet d'aéroport socialo-irresponsable", espère Nicolas Dubonchoix, du Parti Ecologique Totalement Aérophobe Radical Démocrate (PETARD).

La tenue d'une cellule de crise interministérielle avant celle concernant la paisible île de beauté montre l'intérêt du gouvernement pour la protection du raveur noctambule à dreadlocks. Contre toute attente et selon nos sources particulièrement bien désinformées proches du dossier à rabats, le premier ministre irresponsable pourrait décider la création d'une réserve de biodiversité sur les 1.300 hectares du site de Notre-Dame-des-Landes. Le décret pourrait paraître au Journal Officiel le 21 décembre 2012, ce qui éviterait de devoir l'appliquer eu égard à la fin du monde.

#Notre Dame des Landes | #aéroport | #Nantes | #Jean-Marc Ayrault | #biodiversité | #Bugarach

 

Correspondant dans le Pays Cathare

lire tous ses billets

 

précédent : 16-11-2012

Black Ops 2 : la version israélienne laisse Gaza sceptique

suivant : 17-11-2012

Fin du monde : Bugarach classée Zone de Sécurité Prioritaire par Manuel Valls

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales