@desinfopointcom
credit33.fr

Exil fiscal en Belgique : Gérard Depardieu explique l'argent

correspondance du Microcosme
publié le 13-12-2012

Gérard Depardieu, star du cinéma français subventionné, déménage en Belgique. Une valseuse patriotique qui entraîne dans son sillon la vente de son hôtel particulier de 1.800 mètres carrés. Gérard Depardieu explique "son geste désespéré" en invoquant la théorie de la liberté fiscale et le sens de l'argent. Il n'est en effet pas exagéré de dire que la théorie de la liberté ou de l'affranchissement des passions dans son oeuvre "De l'Éthique et du pinard", ouvrage central de la morale de Gérard Depardieu, tient dans sa proposition 2, part. V : "La puissance de mon âme se détermine uniquement par le taux marginal d'imposition, et l'impuissance par la seule privation de mon pognon, c'est-à-dire par ce qui fait qu'elle suscite des idées inadéquates". Le comité central de rédaction a décidé d'envoyer Géraldine Dubonchoix, stagiaire photocopie depuis 9 mois dans nos services, interviewer Gérard Depardieu pour mieux comprendre sa philosophie de l'argent. Un choc culturel passionnant entre une allocataire de minima sociaux victime d'assistanant irresponsable et un millionaire subventionné.

Gérard Depardieu, une philosophie de la vie

Géraldine Dubonchoix : Gérard, comment pensez-vous l'argent ?

Gérard Depardieu : L'argent possède la qualité de pouvoir tout acheter et de s'approprier tous les objets, et tous les êtres humains. Il est par conséquent l'objet dont la possession est la plus éminente de toutes. L'universalité de sa qualité est la toute-puissance de son être. Je le considère donc comme l'être tout-puissant. L'argent est l'entremetteur entre mes besoins et l'objet de mes besoins, entre la vie et le moyen de vivre. Mais ce qui me sert de médiateur pour ma propre vie me sert également de médiateur pour l'existence d'autrui. Mon prochain, c'est l'argent.

GD : Certes... vous aimez l'or ! L'or jaune, étincelant, précieux ! Non, dieux du ciel, Vous n'êtes pas soupirant frivole... Ce peu d'or suffirait à rendre blanc le noir, beau le laid, juste l'injuste, noble l'infâme, jeune le vieux, vaillant le lâche... Cet or écartera de vos autels vos prêtres et vos serviteurs ; il arrachera l'oreiller de dessous la tête des mourants ; cet esclave jaune garantira et rompra les serments, bénira les maudits, fera adorer la lèpre livide, donnera aux voleurs place, titre, hommage et louange sur le banc des sénateurs ; c'est lui qui pousse à se remarier la veuve éplorée. Celle qui ferait lever la gorge à un hôpital de plaies hideuses, l'or l'embaume, la parfume, en fait de nouveau un jour d'avril. Allons, métal maudit, putain commune à toute l'humanité, toi qui mets la discorde parmi la foule des nations...

GD : Tout à fait ! Ce que je peux m'approprier grâce à l'argent, ce que je peux payer, autrement dit ce que l'argent peut acheter, je le suis moi-même, moi le possesseur de l'argent. Les qualités de l'argent sont mes qualités et mes forces essentielles en tant que possesseur d'argent. Ce que je suis et ce que je puis, ce n'est nullement mon individualité qui en décide. Je suis laid, mais je puis m'acheter la femme la plus belle, la plus jeune et la plus vierge. D'ailleurs, Géraldine... à poil !

GD : Vous n'êtes pas laid, car l'effet de la laideur, sa force repoussante est annulée par votre argent. Personnellement je suis paralytique et souffre du sida...

GD : Je suis méchant, malhonnête, dépourvu de scrupules, sans esprit, mais l'argent est vénéré, aussi le suis-je de même, moi, son possesseur. L'argent est le bien suprême, donc son possesseur est bon ; au surplus, l'argent m'évite la peine d'être malhonnête et l'on me présume honnête. Je n'ai pas d'esprit, mais l'argent étant l'esprit réel de toute chose, comment son possesseur manquerait-il d'esprit ? Donc...à poil, cocotte !

GD : Moi qui puis avoir, grâce à votre argent, tout ce que désire mon pauvre coeur humain, ne suis-je pas en possession de toutes les facultés humaines ? Votre argent ne transforme-t-il pas toutes mes impuissances en leur contraire ? Si votre argent est le lien qui me relie à la vie humaine, à la société, à la nature et aux hommes, alors...

 

Nous n'avons pas la suite de cette interview fascinante et de haut vol. Nous sommes d'ailleurs sans nouvelles de Géraldine Dubonchoix, sans doute perdue dans cette Belgique, terre redoutable pour les jeunes filles au coeur pur. La Belgique est bien le panthéon de cette divinité visible, l'argent, cette métamorphose des qualités humaines et naturelles en leur contraire, la confusion et la perversion universelles des choses. Car si l'argent concilie les incompatibilités, il est la prostituée universelle, l'entremetteuse générale des hommes et des peuples.

Aidez-nous à retrouver Géraldine : elle bossait gratuitement et c'était très pratique.

#Gérard Depardieu | #Belgique | #exil fiscal | #argent

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 12-12-2012

Miss France 2013 posera nue avec sa dauphine en faveur du mariage gay

suivant : 17-12-2012

Le Hobbit : un voyage inattendu préfigure le retour de Nicolas Sarkozy

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales