Désinformations.com

Syrie : Obama, Cameron et Hollande demandent discrétion et modération à Bachar Al Assad

du Rédacteur Suprême
publié le 29-08-2013

Alors que se précisaient les contours d'une éventuelle intervention militaire des Occidentaux en Syrie, le blocage de toute décision à l'ONU a entraîné une réévaluation des postures guerrières des dirigeants occidentaux, à commencer par ses trois leaders naturels, membres permanents du conseil de sécurité. De ce fait, des tractations diplomatiques se tiennent entre le régime de Bachar Al Assad et les démocraties soucieuses de ne pas engager un nouveau conflit dans un Orient déjà assez bien compliqué comme ça. Selon les nouvelles orientations, discrétion et modération sont désormais demandées à Bachar Al Assad dans la gestion de "son conflit interne".

Lâche soulagement à l'ONU
CC Flickr - Alonso Javier Torres

Le conflit syrien, qui a débuté il y a plus de deux ans, avait jusqu'à présent provoqué la mort de dizaine de milliers de civils dans une respectueuse indifférence de la communauté internationale, suivant en cela les règles de courtoisie bien établies depuis des décennies. "C'est au moins depuis la SDN que nous n'avions pas réussi une opération de diplomatie de cette envergure", analyse Laurent Fabius, qui se réjouit que "la diplomatie prenne le dessus sur la guerre". Le ministre du redressement étranger a d'ailleurs proposé à ses homologues américain et anglais d'organiser une conférence à Munich pour "sceller le droit à l'indifférence internationale face à la souffrance des civils".

Cette conférence sera l'occasion pour Barack Obama, James Cameron et François Hollande de proposer un "pacte gagnant-gagnant" à Bachar Al Assad. L'homme fort de la Syrie devra en effet faire un pas en "respectant les traditions de la guerre civile", à commencer par le renoncement à toute utilisation d'armes chimiques, tout en agissant avec "plus de discrétion et de modération". Conscients du nécessaire respect de "l'identité syrienne", les membres permanents du conseil de sécurité de l'ONU se déclarent "disposés à laisser sa chance à Bachar Al Assad de terminer son projet de pacification de la Syrie avec les méthodes en vigueur depuis le début du printemps arabe" mais, en marge de la réunion d'hier, Barack Obama donnait ses exigences : "il faudrait vraiment éviter les armes chimiques, ça fait désordre dans nos opinions".

Selon nos sources bien désinformées proches de son entourage, Bachar Al Assad serait prêt à négocier en ce sens. Le risque d'embrasement au Proche-Orient s'éloignerait, de même que le spectre d'une guerre sale. Le lâche soulagement sera très tendance cet automne-hiver à l'ONU.

#Syrie | #Barack Obama | #James Cameron | #François Hollande | #Bachar Al Assad | #ONU

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 29-08-2013

Léa Seydoux nue dans Grand Central : une militante Femen et de Greenpeace

suivant : 30-08-2013

Trafic de viande de cheval dangereuse pour la santé : les employés des fast-food en grève

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales