@desinfopointcom
credit33.fr

Manuel Valls : les cinéastes français n'ont pas vocation à faire des films intéressants

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 02-10-2013

Les films français sortis cette semaine sont l'objet de critiques peu élogieuses de la part du Figaro qui titre : "Opium, Malavita... le navet à toutes les sauces". Et les critiques de "9 mois fermes" et "Au bonheur des ogres" ne sont guère meilleures. Le ministre du redressement de l'intérieur réagit à la médiocrité des films de la semaine avec des propos politiquement incorrects qui ont le mérite de la franchise. En déclarant aux médias bien désinformés : "les cinéastes français n'ont pas vocation à faire des films intéressants", Manuel Valls a encore jeté un pavé dans la mare.

Cinéma
CC Flickr - notfrançois

A la question d'une journaliste lui demandant s'il assume ce qu'il vient de dire, le Ministre a ajouté : "Oui. Les cinéastes français ont des préoccupations très différentes des nôtres, qui sont évidemment en confrontation aux attentes de ceux qui vont voir un film au cinéma de leur quartier."

Aurélie Filippetti, ministre du redressement de la culture, a réagi vivement à la déclaration d'Manuel Valls, en rappelant la sortie cette même semaine de la comédie "Eyjafjallajökull". Mais là encore, le Figaro accuse ce film d'une platitude navrante. La ministre du redressement de la culture, rétorque que le problème n'est pas lié aux cinéastes mais au Figaro qui veut saper la politique culturelle du gouvernement, dans la perspective des prochaines élections municipales. Et c'est bien pour cela que les commentateurs avisés s'interrogent sur le but visé par Manuel Valls : en se faisant le porte-voix du raz-le-bol cinématographique français, n'essaie-t-il pas de rallier à lui, et aussi au gouvernement, des voix qui autrement se porteraient à droite ? Autrement dit : ne serait-il pas téléguidé par l'Elysée ?

Toute la soirée, le ministre du redressement de l'intérieur a confirmé ses dires. Il a déclaré : "oui je pense que les producteurs français sont des nuls" hier à 21heures au ministère. Il a dit "non je ne regrette rien" à 22h10 lors d'un dîner avec des amis, puis "je vais bien ne t'en fais pas", au cours du même dîner, puis : "on ne choisit pas sa famille", puis "ceux qui m'aiment prendront le train", et pour finir : "il reste du jambon ?"

Et coup de théâtre, ce matin, le Ministre a affirmé regretter sa maladresse. En effet, il trouve que les cinéastes français sont très bons. Seulement, il a expliqué une critique plus subtile, avec un manque de pédagogie qu'il n'arrive toujours pas à se pardonner.

Second coup de théâtre : ce n'est pas Manuel Valls qui regrette ses propos, mais le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault qui dit que Valls les regrette. En réponse, le porte-parole du ministère de la Place Beauvau affirme que le premier flic du redressement de la France maintient ses propos de la veille, mais en fait, le ministre et son porte-parole ne se sont pas contactés depuis hier. Donc les médias sont dans l'impasse. Ce à quoi, le Président ce matin, accusé d'irresponsabilité par l'aile Dufflotiste post-2012 d'EELV, a décidé de couper court à la polémique en demandant à son premier ministre de travailler plus et de veiller à "l'expression gouvernementale".

L'affaire est donc close du côté du gouvernement. Il reste le comportement anti-français du journal du groupe Dassault qui fait dire à Manuel Valls : "Le Figaro n'aime pas la France".

#Manuel Valls | #cinéma français | #Le Figaro

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 01-10-2013

Un bug informatique à La Poste retarde la livraison des box beauté

suivant : 02-10-2013

Travail dominical : François Hollande met sa boîte à outils à disposition des bricoleurs du dimanche

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales