Désinformations.com

Sorcière Halloween : Manuel Valls ouvre la chasse

correspondance du Microcosme
publié le 31-10-2013

Disneyland - Le pronostic vital de l'enfant n'est plus engagé mais le parc d'attraction a eu chaud. A la veille d'Halloween, une sorcière a bien failli venir à bout d'un enfant de 5 ans, répondant au nom de Harry Potter : celle-ci l'aurait entraîné sous une machine dans l'attraction Pirates des Caraïbes du parc de loisirs. Manuel Valls, ministre du redressement de l'intérieur, s'est immédiatement rendu sur place pour annoncer les mesures qui s'imposent et sur lesquelles Jean-Marc Ayrault ne reculera pas "avant le 11 novembre".

Dégoûtant : les sorcières font aussi vomir les jeunes citrouilles
CC Flickr - tommy.chang

Une sorcière pratique en effet couramment la sorcellerie. Capable de voler sur un balai, elle est reine des sabbats et n'hésite pas à empoisonner Blanche neige avec des pommes. Refusant le plus souvent de stationner sur les aires aménagées à leur intention, elles sont sources de dégâts et exaspèrent les populations de souche qui marchent au sol.

Manuel Valls, ministre du redressement sorcier, a décidé de s'entraîner à prendre ses responsabilités de futur premier ministre et a ainsi décrété ouverte la chasse aux sorcières : "l'honnête citoyen armé doit pouvoir faire la démonstration qu'il sait assurer sa propre sécurité. Je décrète le droit à tirer à vue sur tout individu au nez crochu, volant éventuellement sur un balai ou volant un balai".

Une démonstration de fermeté aussitôt approuvée par le FNUMP et l'Oeuvre française reconstituée pour l'occasion.

#sorcière | #Halloween | #Manuel Valls | #Disneyland

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 30-10-2013

Pris en otages sous Sarkozy, libérés sous Hollande : la tâche impossible de la cellule psychologique

suivant : 31-10-2013

L'Elysée met en place une cellule de relooking des ex-otages

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales