@desinfopointcom

Un chercheur belge découvre une alternative à l'expression il n'y a pas d'alternative

correspondance du Pays Cathare
publié le 09-11-2013

Une fois n'est pas coutume, l'excellence scientifique belge a été primée par le prestigieux prix Nobel. C'est la deuxième fois que la recherche belge est récompensée cette année. En effet, après la consécration anodine du physicien François Englert, codécouvreur du Boson de Higgs, c'est au tour de son collègue de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), le professeur Robert Proot, de recevoir le prix Nobel qui couronne le meilleur du pire de la recherche d'outre Quiévrain. Le professeur Proot devient ainsi le sixième scientifique de l'ULB à obtenir un prix Nobel, ce qui confirme le haut niveau de l'institution ixelloise.

Dynamo et courant alternatif
CC Flickr - zigazou76

Comme son collègue méconnu François Englert, Robert Proot est professeur à l'ULB depuis 1967. Il est internationalement connu pour avoir mis au point en 2000 un système astucieux de récupération des gaz intestinaux devenant ainsi un précurseur de "l'économie verte". Son parcours de chercheur atypique lui a permis d'explorer une grande diversité de sujets. Il a par exemple mis en évidence l'effet potentialisateur du beaujolais nouveau sur la vaccination anti grippe A H1/N1 permettant ainsi à la France d'épargner en 2009 l'utilisation de millions de doses de vaccins. Le professeur Proot a également concouru à des avancées scientifiques majeures dans les domaines perméables de la connerie humaine et du comportement des adolescents.

Mais sa découverte majeure enfin honorée par le comité Nobel et qui récompense de longues années de recherche reste celle d'une alternative à l'expression "il n'y a pas d'alternative". Très tôt dans sa carrière, Robert Proot a été fasciné par les "expressions à la con" utilisées par nos contemporains telles que "je dis ça, je dis rien", "c'est ballot", "ça mange pas de pain" ou "ça va coûter un bras". Il a par exemple découvert que 99% des manchots n'utilisent jamais l'expression "ça va coûter un bras", ce qui a permis de démontrer qu'il était parfaitement envisageable de ne plus utiliser cette expression dans la vie courante.

Le prix Nobel pour la découverte d'une alternative à l'expression "il n'y pas d'alternative" représente pour cet autodidacte des sciences un aboutissement, une consécration. Son intuition géniale en forme de postulat fût d'abord de considérer cette expression comme fausse : "alors que la plupart de nos concitoyens ont pris cette expression au pied de la lettre, j'ai su dès le départ que c'était des sornettes et que, du coup, quelque part, cela allait impacter la perception qu'on en avait. Au niveau du vécu, ça change la donne, toutefois ce fût un vrai parcours du combattant mais, au final, c'est que du bonheur."

Bien que les résultats de ces recherches, eu égard à leur complexité mathématique, ne soient accessibles qu'à quelques chercheurs de haut niveau dans le monde, Jean-Louis Borloo et François Bayrou se sont dits "intéressés" par cette découverte qui "montre la pertinence de notre mouvement baptisé l'alternative". Comme quoi.

#professeur Proot | #belge | #Belgique | #alternative | #Jean-Louis Borloo | #François Bayrou |

 

Correspondant dans le Pays Cathare

lire tous ses billets

 

précédent : 08-11-2013

Nabilla sans culotte au Grand Journal : la commission européenne ouvre une procédure anti-trust

suivant : 10-11-2013

Le MoonWalk de Michael Jackson à l'honneur pour le défilé du 11 novembre

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales