@desinfopointcom

La fin du droit à la pute opposable augmentera la croissance de 0,3 points

correspondance de Weimar
publié le 14-11-2013

Alors que l'onde de choc du manifeste des 343 salauds et de la pétition d'Antoine s'étend sur Facebook et Twitter, le SUCE (Syndicat Unifié des Cireurs de pompes Européens) évalue à 0,3 points l'impact de la pénalisation des clients de la prostitution sur la croissance annuelle du PIB. "Les bénéfices pécuniaires seront multiples", explique Jean-Bernard Dubonchoix, prévisionniste au SUCE, "les caisses de l'Etat grossiront du montant des amendes des clients récalcitrants ainsi que des recettes de TVA supplémentaires sur la consommation de sexe gratuit légal par les reconvertis. Cette manne permettra d'alléger d'autant les mesures d'austérité budgétaire." Une amorce de cercle vertueux verra ainsi le jour.

La croissance, c'est maintenant
CC Flickr - digitizedchaos

Les bénéfices attendus ne s'arrêtent pas là. Le modèle du SUCE prévoit une augmentation des divorces et ruptures de PACS de 30% par an au cours des dix prochaines années avec des effets positifs multiples pour la croissance. "Le chiffre d'affaire des cabinets d'avocats et des revendeurs de logiciels espions va considérablement augmenter", décrypte le sexto-statisticien, "ce qui devrait soutenir durablement la consommation automobile et l'immobilier des résidences secondaires".

La durée moyenne des unions devraient ensuite raccourcir pour atteindre 3 ans à l'horizon 2017. "Ceci représente un formidable multiplicateur d'activité", analyse Norton C.Ridewell, consultant visionnaire érotomane, "le raccourcissement de phase du cycle de vie commune améliorera le taux de rotation des couples grâce à l'augmentation de la fréquence union /séparation. Alors même que le gouvernement vient d'élargir l'assiette conjugale à toute forme d'union, l'augmentation des occurrences de rencontre va sensiblement diminuer les délais d'opportunité consumériste." En langage profane, au cours d'une vie, les individus auront l'occasion de dépenser plus fréquemment de grosses sommes pour la gestion de leur couple (fête et cadeaux de mariage, prestation compensatoire, frais de surveillance, frais d'avocats, pensions), qui constitueront autant de consommations privées additionnelles. Et ceci, dans le contexte d'une ouverture des sexes qui démultiplie les possibilités de rencontres et d'unions.

Les sites de rencontre en ligne ne s'y sont d'ailleurs pas trompés : Meetic, Gleeden et Adopteunmec prévoient de lancer le 1er avril 2014 la première plate-forme commune de coaching post-séparation avec un engagement de réussite mesurable par un délai de remise en couple inférieur à 3 mois après la date de largage. "Avec la multiplication des sites de dating sexuels", anticipe Norton C.Ridewell, "on devrait converger vers l'idéal masculin de la rotation accélérée des partenariats : une nuit, un coup". Les timides qui ne savent pas faire jouir les femmes y trouveront des occasions plus fréquentes de s'améliorer grâce à une meilleure réceptivité des partenaires féminines à la gratuité de leurs avances.

Ainsi, c'est tout le business model du sexe qui va se trouver chamboulé avec l'érection de la vie de couple au rang de mythe, le new french dream, et l'obligation du sexe gratuit.

Du côté des hommes, on se réjouit évidemment de cette opportunité d'obtenir des gâteries sans contrepartie financière. Tandis que Marine Le Pen encourage les femmes : "il faut que la femme du XXIème siècle retrouve la force morale d'antan, qu'elle sache les moyens d'obtenir de l'homme qui partage son lit assez d'argent pour les courses au lieu qu'il le boive ou le joue au poker. Son indépendance est à ce prix."

Pour Sigmund Fesse, auteur de "Hommes & Femmes, la relation impossible" et psychanalyste à Weimar, "les hommes craignent d'être rejetés, les femmes d'être abandonnées, c'est un schéma inscrit dans l'enfance du petit garçon ou de la petite fille". Dans le scénario qu'il anticipe au pays de Napoléon, inventeur du code civil et des maisons de tolérance, 30 millions de salauds savourent d'avance la foule des mères désemparées, isolées et des bénéficiaires du RSA, promptes à adopter le nouveau modèle sociétal de séduction ("zéro prise de tête, zéro prise de chèque") en échange d'un éphémère sentiment de sécurité. "C'est la fin de le misère sexuelle", se réjouit DSK, "avec la crise économique qui accentue le chômage des femmes, jeunes et moins jeunes, la prostitution payante constituait le dernier obstacle à l'expression pleine et entière du pouvoir économique des hommes".

Les fabricants d'écarteurs anaux prévoient une croissance des ventes des modèles féminins au rythme sans précédent de 15% par an pour les 10 prochaines années, des prisons privées verront le jour pour tripler la capacité pénitentiaire du pays et même nos partenaires européens s'apprêtent à bénéficier des retombées économiques positives de cette mesure : ainsi Anton Breivijk animera depuis sa cellule un web-séminaire de psychologie économique appliquée intitulé "masturbation masculine, bien-être sociétal et équilibres des comptes sociaux".

"On n'arrête pas le fleuve Amour avec un caillou", médite le Dalaï-Lama interrogé par la rédaction à cette occasion, "et celle qui veut voir le flot de la berge, devra empiler beaucoup de culottes". Selon la tradition bouddhiste, les relations homme-femme forment un cycle en mouvement, comme le Ying et le Yang. En Occident, les femmes seraient en haut de cycle et la prohibition du sexe tarifé devrait enclencher une nouvelle rotation.

D'après les prédictions établies par Nostradamus, les relations hommes-femmes devraient trouver leur équilibre vers le LIIème siècle, quand les vertus de l'amour mutuel et partagé seront devenues universelles.

#343 salauds | #pute opposable | #prostitution | #prostituée | #Nostradamus |

 

Correspondant à Weimar

lire tous ses billets

 

précédent : 13-11-2013

Bonnets d'âne : la fronde des cancres fait trembler l'Etat

suivant : 15-11-2013

Nabilla fait don de son cerveau à Léonarda

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales