Désinformations.com

Agnès Saal retourne au ministère de la culture, sous les huées des gens

du Rédacteur Suprême
publié le 20-05-2015

La décadence menace la France et ne manque pas d'être dénoncée par les humbles travailleurs qui se lèvent tôt et suent à grosses gouttes pour gagner leur maigre pitance et payer les impôts spoliateurs qui engraissent sans vergogne l'armée de fonctionnaires feignants et en grande partie irresponsables qui n'ont d'utilité que d'occuper les immenses bureaux de palais anciennement royaux que l'on aurait transformés en logements sociaux si le peuple imbécile avait voté pour une vraie révolution et non pour cette succédanée de gauche au Flanby que l'accident électoral que l'on sait a amené au pouvoir pour cinq trop longues années d'inconfort pour la vraie gauche qui aurait bien mieux vécu sous un quinquennat de l'ex-présidentissime Sarkozy voire, extase suprême, de Marine Le Pen. Mais aujourd'hui, la coupe est pleine, vraie gauche et vraie droite réunies sur les réseaux dits sociaux, mais guère sociables en moyenne, dénoncent, tweet après tweet, le sauvetage d'Agnès Saal.

Agnès Saal (allégorie)
CC Wikimedia

L'ex-présidente de l'INA, démissionnaire après qu'une courageuse dénonciation anonyme ait mis en lumière son addiction suspecte aux voyages en taxis, vient en effet de retrouver une mission "sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences" au ministère de la culture, qui devrait d'ailleurs partager prochainement la tutelle de la noble profession de conducteur de taximètre dont nul n'ignore qu'elle contribue, par-delà les frontières hexagonales, à l'intensité intergalactique du rayonnement culturel de la France.

"Une honte", tweetent en choeur les citoyens dégoûtés de ce "sauvetage indigne de la République", tandis que d'autres "conchient" (l'orthographe en deux mots est aussi admise dans ce contexte, nous indiquent nos sources bien désinformées du Quai Conti) les petits arrangements entre amis.

Aux modérés qui notent toutefois que l'impétrante ne fait que revenir à son "administration d'origine", et qu'en tant qu'administratrice civile du ministère de la culture, Agnès Saal ne pouvait guère trouver d'autre destin que ledit retour rue de Valois, les plus exemplaires indignés (les pseudos twitter ont été changé) rétorquent que "c'est bien la preuve qu'il y a trop de fonctionnaires dans ce pays gauchiste" (@Nicolas), et qu'"il aurait mieux valu déporter cette dame" (@Marine).

On attend impatiemment le prochain sujet d'indignation des réseaux dits sociaux qui ne manquera pas d'élever le débat deux point zéro.

#Agnès Saal | #INA | #ministère de la culture | #twitter | #indignation

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 19-05-2015

Maisons de retraite privées : de plus en plus de délocalisations

suivant : 22-05-2015

Congrès de Poitiers : première victoire socialiste depuis 2012

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales