@desinfopointcom

Les prud'hommes publient le lexique des injures sexuelles au travail

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 09-04-2016

Suite à la jurisprudence de cette semaine indiquant que traiter un coiffeur de "PD" n'est pas une insulte homophobe, les prud'hommes ont tenu à clarifier les choses en publiant une petit guide des injures dans le monde du travail. Grâce à nos sources bien désinformées, nous publions les faits essentiels à retenir de cet ouvrage fort utile. Dans tous les métiers réputés recruter des homosexuels, il est désormais acceptable de traiter des employés de "pédé", mais aussi de "fiotte", de "tante", "pédale", ou les appeler "Ma Chérie" même s'il sont de sexe masculin et qu'ils n'aiment pas qu'on les appelle ainsi. Il s'agit bien entendu des relations d'employeur à salarié puisqu'il ne serait pas envisageable que le salarié puisse s'adresser autrement que par "Monsieur" ou "Madame", suivi du grade de son manager.

Pédés
CC Flickr - fl85

Toutefois, les Prud'hommes, dans leur grande sagesse, élargissent l'adaptation du vocabulaire à la relation d'employé à employeur lorsque ces métiers ont aussi la réputation d'avoir des homosexuels aux niveaux élevés de la hiérarchie. Sont concernés les métiers de la coiffure, de la mode, et du spectacle et du divertissement à l'exception de la musique classique et du rock identitaire. On pourra dire : "tu es vraiment un gros pédé ma chérie", sans que le pédé chéri de son employeur puisse espérer un recours au tribunal. "D'ailleurs, qui d'autre qu'une «fiotte» irait pleurer au tribunal pour une chose si peu importante ?", soulignent les Prud'hommes dans leur texte. En revanche, l'interjection "camionneur" pourra entraîner un recours (jurisp. 01/05/2008) ainsi que : "comme d'habitude, les couleurs de ta chemise sont à chier".

Au passage, notons qu'on peut dire : "Monsieur de curé a un peu abusé du vin ce midi, planquez les enfants". D'autant que ceci est une recommandation répondant au principe de précaution, dénuée de mot injurieux, prononcée sans intention évidente d'insulter, et dans un but de protection de la jeunesse (jurisp. 25/12/2001).

En revanche, dans les métiers non réputés pour le recrutement d'homosexuels, ces interjections sont bien considérées comme des insultes, et valent circonstance atténuante en cas de réponse brutale ou violente. Notons que dans ces métiers, l'usage d'autres insultes, considérées comme viriles est toléré. En effet, il faut quand même que les gens puissent se parler. Par exemple, dans les métiers liées à la consommation d'alcool, "enculeur de femme saoule" est acceptable, à condition que l'insulte ne laisse pas deviner l'identité de la femme saoule (jurisp. 27/08/2014).

Autre exemple, sur un chantier du BTP, ou dans un commando de l'infanterie de marine, l'insulte "pédé" ne peut être admise. Dans ces environnements virils, elle ne sera pas suivie d'un procès aux prud'hommes mais simplement d'un bon coup de poing dans la figure, et cela indépendamment des liens hiérarchiques et sexuels entre les deux individus concernées, car c'est avant tout une affaire d'honneur (jurisp. 14/07/89).

Notre expert en linguistique Eric Dubonchoix-des-Mots s'est félicité de ce guide à la fois utile et libéré de la censure politiquement correcte, qui participera à l'épanouissement des salariés au travail.

#prud'hommes | #injure | #travail | #pédé |

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 08-04-2016

Bruno Le Roux : le parti socialiste présentera le vainqueur de la primaire de la gauche

suivant : 12-04-2016

RER Debout : la SNCF et la RATP s'allient pour prolonger la protestation de la Nuit Debout

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales