@desinfopointcom

S.O.S. Chippendales : pour faire face à la chute du poil

correspondance du Mont Valérien
publié le 06-02-2003

Le corps luisant et imberbe, Jean-Christophe, 24 ans, étudiant en Lettres Modernes, est chippendale au Moonlight Paradise, une boîte à strip-tease dans le Marais à Paris. Depuis trois ans, il se produit deux soirs par semaine avec tout un groupe de jeunes hommes aussi beaux et musclés que lui. Jean-Christophe semble tout à fait bien dans sa peau, or il vient de créer un Comité d'Aide aux Chippendales Anonymes.

Chippendale en danger
CC Flickr - Meathead Movers

"Le public est varié et de tous âges", nous a-t-il confié après le spectacle. Sans aucune honte d'être un objet sexuel, il nous avoue qu'il affectionne particulièrement son rôle. "Je suis un pompier en uniforme mais je l'enlève assez rapidement". Et de nous montrer les quelques attaches velcro judicieusement cousues aux endroits stratégiques de sa panoplie de soldat du feu. "En tirant ici et là - il joint le geste à la parole, je me retrouve en string rouge, la couleur des pompiers, cool non ?"

Jean-Christophe semble tout à fait bien dans sa peau, or il vient de créer un Comité d'Aide aux Chippendales Anonymes. "Il ne s'agit pas d'un syndicat, nous n'en avons pas besoin car nous sommes très bien traités et nous gagnons bien notre vie" nous a-t-il assuré sous l'oeil approbateur du propriétaire de la boîte. Alors pourquoi se regrouper en association ? Un peu plus tard, le jeune homme enlève sa chemise d'un geste à la fois gracieux et décidé. "Voyez le désastre !", nous dit-il en pointant le menton vers un abdomen qui aurait pu servir de modèle à Michel-Ange pour une de ses célèbres statues. Comme notre incompréhension est visible, notre pompier d'occasion se voit obligé de poursuivre : "Plus un poil !".

En quelques mots, il dresse un constant alarmant : "quand j'ai commencé à me produire sur scène, j'avais une belle toison sur le torse, et sous les aisselles. Puis, plus le temps a passé, plus je devenais imberbe à ces endroits". Comme nous lui faisons remarquer qu'il est de notoriété publique que les strip-teaseurs s'épilent le corps, il se lève d'un bond, laissant ses abdominaux se contracter agréablement. "C'est de la manipulation orchestrée depuis des années par les managers de la profession", nous assène-t-il rouge de colère. "En fait, c'est une véritable omerta. Les jeunes qui commencent dans le métier ne sont pas prévenus des effets secondaires de l'activité. Quand j'ai commencé à perdre mes poils, j'étais désespéré et je ne comprenais pas, et j'ai créé ce comité de soutien quand j'ai appris la vérité que tout chippendale finit par découvrir : que le frottement sur notre peau des vêtements que nous retirons parfois plus de vingt fois par soirée fait tomber les poils".

Et ce comité de soutien fonctionne jour et nuit, un numéro de téléphone permet de recevoir les appels de chippendales de la France entière, angoissés par la chute de leurs poils. Un membre nous explique : "un conseiller est au bout du fil pour calmer notre frère qui panique. Quatre vingt dix pour cent des chippendales qui appellent sont rassurés une fois qu'on leur a expliqué la cause de leur mal. Et ils le vivent bien par la suite". Car le but de ce comité n'est pas de lutter contre cette chute. "Nous visons avant tout à ne plus laisser aucun chippendale seul avec son ignorance et sa peur d'avoir une maladie inconnue. J'ai moi-même dépensé une fortune chez un dermatologue alors que la vérité était ailleurs", conclura Jean-Christophe.

#chippendale | #poil | #strip tease |

 

Correspondant au Mont Valérien

lire tous ses billets

 

précédent : 06-02-2003

Les Etats-Unis prêts à accepter la visite des inspecteurs de l'ONU

suivant : 06-02-2003

Retrouvez votre chien perdu en ligne

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales