@desinfopointcom
credit33.fr

Le gouvernement présente un projet rétablissant le travail des enfants

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 14-05-2003

Face à la proposition du gouvernement d'augmenter le nombres des années de travail donnant droit à la retraite, des entrepreneurs ont fait remarquer que la productivité des ouvriers et des cadres de la tranche d'âge 63-70 ans ne serait pas très bonne et qu'il faudrait certainement les licencier (ce qu'ils font actuellement pour les salariés de 57 ans). Or les chômeurs créent peu de richesse, ils sont une charge pour la société, pour les véritables entrepreneurs, et pour les actionnaires (les licenciements coûtent cher).

Un enfant condamné au travail

Jean-Michel Dubonchoix, rapporteur du gouvernement, vient de présenter un rapport sur cette question et il propose une résolution, co-rédigée avec la commission "Besoin de France, esprit de mai" de l'UMP, qui sera soumise au parlement dès que les négociations (qui promettent d'être très dures mais menées dans la voie du dialogue) entre le gouvernement, le MEDEF et la CFDT auront pris fin.

Le projet se fonde sur une constatation très simple : puisque les vieux ne sont pas rentables au travail, qu'il faut allonger la durée du travail, et que les jeunes sont plein d'énergie, il faut faire travailler les jeunes plus tôt.

Beaucoup de travaux peu qualifiés peuvent être accomplis dès l'enfance. Ainsi, un jeune de quatorze ans est capable de conduire une mobylette et de se coucher tard, il fera un excellent livreur de pizza. (On pourrait même avancer le droit de conduire des mobylettes à douze ans). Faire la vidange ou le graissage d'une machine industrielle est à la protée d’un gamin de 10 ans. Conduire une machine de levage et de manutention devrait être possible dès l'âge de onze ans. De plus un gamin de cet age sera très fier de conduire une telle machine, alors qu'un jeune ouvrier de 18 ans est déjà blasé de ce genre de choses. Une fillette de 10 ans est tout à fait capable de faire un peu de ménage et dès 12 ans, elle peut faire du repassage. Cela sera même une excellente formation pour son futur rôle de mère de famille, bonne reproductrice, bonne cuisinière, noble tâche à la revalorisation de laquelle l'UMP réfléchit actuellement.

Bien sur, il faut que les jeunes gens mis au travail puissent suivre une scolarité épanouie. C'est là que des pays jeunes et dynamiques, très en avance sur le plan de la croissance économique, comme la Chine et le Brésil (croissance à deux chiffres) doivent inspirer les pays de la vielle Europe. Là-bas, les enfants suivent une scolarité à mi-temps : le matin ils travaillent à l'usine ou dans l'entreprise familiale, et l'après midi ils vont à l'école. Pendant ce temps, d'autres enfants vont à l'école le matin, et remplacent leurs petits camarades à l'usine l'après midi.

En faisant travailler les jeunes gens à partir de l'age de 10 ans, ont pourrait ainsi atteindre 50 annuités dès 60 ans, et profiter alors d'une retraite bien méritée. Evidement, le travail des enfants ayant lieu à mi-temps, il faudrait encore travailler un ou deux ans (5 ans maximum) pour profiter d'une retraite à taux plein.

Afin que les enfants, puissent dès le début de leur carrière, se constituer une solide retraite, les cotisation au régime des retraites par répartition seront complétées par des versements automatiques d'une partie de leur salaire dans une caisse venant renforcer le capital de la société qui les embauche. Sous réserve que ladite société n'ait pas déposé son bilan au moment de la retraite, ce petit pactole viendra compléter les pensions versées par le système de répartition.

Fox T.Paddle se félicite de ce projet moderne, faisant dorénavant entrer les plus jeunes au sein du "pacte entre les générations" que constitue le système du paiement des retraites. Les trois principes essentiels définis par le gouvernement sont pleinement appliqués :

sécurité : les jeunes étant à l'usine, ils ne traîneront plus dans les centres commerciaux, et n'auront plus le temps de causer du désordre dans les cités ;

équité : dorénavant, les enfants ne profiteront plus abusivement du travail de leurs aînés, et participeront eux aussi à la construction d’une société plus riche et plus juste ;

solidarité et liberté de choix : solidarité envers les vieux, et choix de ne travailler qu'après les études supérieures pour ceux qui en auront les moyens.

#travail des enfants

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 13-05-2003

Nice People : arrivée imminente de Loana et Jean-Edouard

suivant : 15-05-2003

Réforme des retraites : la Française des Jeux va participer à l'effort national

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales