Désinformations.com

Le gouvernement engage l'adaptation de l'Etat de Droit à la spécificité corse

du Rédacteur Suprême
publié le 08-01-2005

Face à la menace de l'Armée du peuple corse, la Ministre de la Défense vient de décider le rapatriement immédiat de ses troupes d'occupation, appelées à être remplacées par des Corses de souche. Le Ministre de la Cohésion Sociale organise quant à lui le retour au pays des individus d'origine maghrébine. D'ici la fin 2005, ce sont toutes les survivances de l'Etat colonial qui sont appelées à disparaître. Selon des sources bien désinformées, un groupe de travail a été initié par le gouvernement dans le plus grand secret l'année dernière alors que les attaques contre les gendarmeries et les attentats racistes se multipliaient sur l'île de Beauté.

L'Etat de droit, vu de la Corse
CC Wikimedia

Placé sous la direction de Emile-Dominique Dubonchoix, rapporteur spécial auprès du Ministre de la Sécurité de l'Intérieur, ce groupe de travail s'est vu fixer ses objectifs par un mystérieux "très important homme proche du pouvoir central", un certain Jean-Pierre Raffarin, apparemment lui-même en contact direct avec le Président de la République.

Afin d'assurer l'ordre pendant la période de transition, des associations privées seront sollicitées et financées par l'Etat français afin de remplacer la maréchaussée, le temps nécessaire pour la formation des insulaires. "Nous nous appuierons sur les structures existantes", précise Emile-Dominique Dubonchoix depuis la Préfecture d'Ajaccio. Selon lui, "les nationalistes disposent déjà d'organisations de type para-militaire capables de remplacer les gendarmes du continent au pied levé".

Concernant le volet social du plan gouvernemental, la France s'engage à reprendre "[ses] Arabes" (aux frais de ceux-ci), moyennant l'engagement du retour des exilés corses du continents, pour lesquels Jean-Louis Borloo a prévu une aide financière de "plusieurs millions d'euros". Celle-ci sera coordonnée par le Ministère des Affaires Etrangères, ce qui est un signal fort de la reconnaissance tacite du nouvel Etat corse par l'ancienne puissance coloniale.

Le futur Empire corse est prêt à naître, sa reconnaissance par l'ONU n'étant plus qu'une question de jours. Il restera bien entendu membre de l'Union Européenne, statut indispensable pour ne pas mettre en péril l'agriculture locale. Afin de mettre fin à la rivalité historique en Bastia et Ajaccio, sa capitale sera Borgo, dont la célèbre prison sera transformée en "Palais Impérial", ce qui représente une économie importante étant donné, comme l'indique Monsieur Dubonchoix, "les futurs ministres de l'Empereur sont déjà sur place". Ce dernier sera élu à vie, probablement avant la fin du premier semestre.

Dans les milieux politiques français, on se félicite de ces "initiatives salutaires pour la paix en Méditerranée", à droite comme à gauche. Si l'adhésion de l'UMP est sans surprise, celle du PS n'a été acquise qu'après que des consultations internes ont montré l'attachement "indéfectible" des socialistes corses indépendants à la Constitution Européenne.

#Corse | #Etat de droit | #Ajaccio

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 19-12-2004

Arrestation de Ben Laden : le cadeau de Noël de George W.Bush

suivant : 09-01-2005

La comète Machholz représente une menace qui pourrait relancer la guerre interplanétaire

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales