Désinformations.com

L'industrie du sexe menacée par la directive Bolkestein

du Rédacteur Suprême
publié le 10-02-2005

L'annonce quasi simultanée par Jacques Chirac et José Manuel Barroso d'une "remise à plat" de la directive européenne sur les services, dite "directive Bolkestein", a permis aux professionnels français du sexe de pousser un grand "ouf !" de soulagement. Que ce soient en effet les milieux de la prostitution ou ceux de la création cinématographique classée X, c'est une filière qualité entière qui était menacée par le projet de directive.

Militantes du SUCE-X manifestant leur inquiétude
CC Flickr - Anthony Acosta

Emboîtant le pas au locataire de l'Elysée, le SUCE-X (Syndicat Unifié des Cireurs de pompes Européens, branche industrie du sexe) s'est indigné d'un projet qui renonce à "l'harmonisation par le haut des réglementations au bénéfice de la seule logique de la concurrence par les prix". En posant que les modes de vie et normes sociales doivent se plier aux exigences du marché global, la Commission permet, selon le SUCE, "d'appliquer les règles du pays d'origine d'une prestation de service et non celles du pays où ce service est rendu".

Les représentants de l'industrie française du sexe se sont émus de cette perspective alors que les effets de l'élargissement européen ne sont pas encore digérés. La directive ne ferait qu'aggraver selon eux la tendance des délocalisations intra-européennes.

Ainsi, les "filles de l'Est" qui ont déjà revitalisé les trottoirs de l'Europe occidentale pourraient appliquer les normes d'hygiène et de sécurité de leurs pays d'origine : "concrètement", souligne le SUCE, "comme les services du travail en Lettonie n'auront pas la disponibilité requise pour vérifier que telle prostituée lettone travaille sur les boulevards des Maréchaux parisiens en respectant la réglementation lettone, elle pourra demander aux autorités françaises d'assurer à sa place ce contrôle, ce qui obligera les inspecteurs du travail à se familiariser avec le droit letton, en plus de 23 autres législations sur les prestations sexuelles tarifées". C'est "Ubu va aux putes", analyse le SUCE.

De la même manière, le cinéma pornographique français dont la recherche d'excellence est mondialement reconnue devra faire face à la concurrence sauvage des gonzos européens qui ne manqueront pas de déstabiliser toute une profession.

A l'heure où la grogne sociale monte en puissance, le gouvernement français, à la tête duquel se trouverait un certain Jean-Pierre Raffarin, craint l'exacerbation des passions et envisagerait de demander au minimum la création d'une "exception sexuelle" pour limiter le champ d'application de la directive Bolkestein.

Parmi les premières réactions, on notera celle de Jacques Chirac, qui propose la création d'un impôt mondial sur la prostitution pour soutenir les industries nationales du sexe.

Quant à François Hollande, il aurait d'ores et déjà rassemblé des preuves de la collusion de Laurent Fabius avec l'industrie du sexe des pays récemment entrés dans l'Union Européenne.

#sexe | #directive Bolkenstein | #Jacques Chirac | #José Manuel Barroso

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 10-02-2005

Après Libération, Edouard de Rothschild achète Désinformations.com

suivant : 18-02-2005

George Bush a présenté devant le Sénat la liste de pays priés d'organiser des élections en 2005

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales