Désinformations.com

Dominique de Villepin à Matignon
Chirac nous déclare : "j'emmerde le peuple"

du Rédacteur Suprême
publié le 31-05-2005

Tirant les leçons du référendum, l'hôte de l'Elysée vient de limoger Jean-Pierre Raffarin dont l'usure devenait préoccupante à l'heure des grands défis qui attendent la France, désormais seule sans le soutien autrefois si bienveillant de ses partenaires européens. La nomination de Philippe Marie François René Galouzeau de Villepin marque le premier signal fort de la nouvelle impulsion gouvernementale que le Président de la République annonçait dès dimanche soir.

Dominique de Villepin emmerdant le peuple
CC Wikimedia

Jacques Chirac nous donne à admirer une nouvelle dois l'élévation de son génie politique et le respect profond qu'il a pour la volonté populaire. Nous quittons à l'instant son bureau, où il a bien voulu nous recevoir malgré un emploi du temps que l'on devine chargé (ça allait être l'heure du journal de Jean-Pierre Pernault).

En premier lieu, le locataire de l'Elysée montre son exigence en remplaçant le fils d'un lointain secrétaire d'Etat à l'agriculture de Pierre Mendès-France par le fils de Xavier Galouzeau de Villepin, ancien ambassadeur, puis sénateur, et vice-président délégué du groupe UMP du Sénat

Ensuite, nommer à Matignon un très grand politique, inspirateur de la dissolution de 1997, voilà qui ne manque pas de panache de la part de l'ex gaulliste Chirac. "Dominique n'a en fait jamais rien compris au peuple", nous a-t-il expliqué, avant de préciser "mais il le sait, c'est d'ailleurs conscient de cette méconnaissance qu'il ne s'est jamais présenté devant le suffrage universel". Et puis, croyons-nous savoir de sources bien désinformées proches des cercles du pouvoir, où Monsieur de Villepin aurait-il trouvé le temps de se consacrer à des campagnes électorales pour son propre compte ? En effet, entre les précieux conseils qu'il prodigue depuis une décennie à l'ex président du RPR, puis la conduite de la diplomatie française avec le succès que l'on sait à l'ONU début 2003 face à la menace de guerre en Irak, comment l'homme, qui est aussi poète, n'aurait jamais pu se consacrer sérieusement à une circonscription, même de droite, quand on sait la somme des sollicitations que cela représente.

Emerveillé par tant d'intelligence politique, nous avons demandé à Jacques Chirac de nous expliquer sa vision de la France pour les deux dernières années de son quinquennat et, en particulier, comment il entendait montrer qu'il avait "entendu" le peuple français après son vote de dimanche.

Sa réponse est claire : "le peuple, je l'emmerde !", et pour montrer tout le détachement de ce jugement, le Président se moque de son propre handicap en se prêtant à une saillie satirique : "le référendum, ça rend sourd !"

Puis il précise : "je n'ai pas démissionné en 1997 après la dissolution, ça ne m'a pas empêché d'être réélu à 82% en 2002, j'ai maintenu Raffarin après la déroute des régionales et des européennes en 2004, je l'ai fini élégamment avec le référendum, je ne vois pas ce que le peuple a à voir avec tout ça ni pourquoi cela m'empêcherait d'être réélu en 2007".

Quant aux deux premiers grands chantiers qui devront être menés "en cent jours" par le nouveau gouvernement, ils seront de faire adopter la constitution européenne par voie parlementaire, "comme ça on simplifiera les choses", puis de mener à bien le rétablissement de la sécurité et de la pensée unique en "jugeant les électeurs du non".

Nous souhaitons la bienvenue et une excellente désinformance à Monsieur Dominique etc. de Villepin, qui aura certainement plus souvent les joies de la Une de notre web-journal francophone de bon goût, et nous rappelons au successeur de celui qu'il appelait "Raffa-rien" qu'il faut maintenant être plus que pas grand' chose.

#Dominique de Villepin | #peuple | #Matignon | #Jaques Chirac

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 25-05-2005

Drame familial à Neuilly : Nicolas dit "oui", Pimprenelle dit "non"

suivant : 01-06-2005

Pourquoi Jacques Chirac n'a pas démissionné

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales