@desinfopointcom
credit33.fr

Liberté de la presse : Désinformations.com discrètement censurée par le gouvernement

du Rédacteur Suprême
publié le 20-08-2006

Nos fidèles lecteurs n'auront pas manqué de pleurer l'absence d'internet de leur web-journal satirique francophone de bon goût préféré pendant la moitié du mois d'août. Les nombreux messages d'inquiétude qui nous sont parvenus témoignent du trouble jeté dans la communauté des internautes francophones par la disparition, heureusement momentanée, de Désinformations.com.

Le gouvernement attaquant la liberté de la presse
CC Wikimedia

Déjà victime à de nombreuses reprises de manipulations orchestrées par la CIA ou, plus récemment, les réseaux terroristes corses, Désinformations.com a été indisponible pendant près de quinze jours. Les malfaiteurs ont profité des traditionnelles vacances aoûtiennes du Rédacteur Suprême pour agir. L'attaque s'est concentrée sur le serveur de la base de données du site, dont un changement de paramétrage intempestif a été opéré à l'insu du suprême ouaibmestre ainsi que de son hébergeur. "J'étais en vacances dans le pays Cathare quand les premiers symptômes ont été observés", témoigne notre Rédacteur Suprême, nous avons pensé tout d'abord qu'il s'agissait d'un bug isolé ».

C'est lors du prolongement de ses vacances dans l'arrière pays du Finistère sud que notre Rédacteur Suprême a dû se rendre à l'évidence et admettre que le site avait été attaqué par des terroristes.

Ceux-ci avaient parfaitement calculé leur coup, profitant à la fois de l'isolement de la zone rurale où se repose traditionnellement notre Rédacteur Suprême en été et de la période estivale propice à la non intervention rapide des hotlines.

Il a donc fallu attendre plusieurs jours l'arrivée d'un technicien de France Télécom, heureusement retrouvé errant dans des champs de maïs proches du lieu de suprême villégiature après seulement deux jours de recherche par la gendarmerie de Quimper. Son intervention sur place, qui a duré une demi-journée, a permis de connecter la suprême villégiature à l'ADSL et a été immédiatement suivie d'un diagnostic complet des problèmes de connectivité de la base de données.

Les traces laissées entre temps par les terroristes établissent sans conteste qu'une intervention malveillante est à l'origine de la panne.

Contacté par la rédaction suprême, l'hébergeur du site décline toute responsabilité : "nous ne sommes responsables de rien, conformément à l'article 9.1 des conditions générales", se défend Gérald Dubonchoix, manager junior adjoint chargé des relations avec les grands comptes.

Désinformations.com n'en restera pas là, alors que les preuves s'accumulent et convergent vers les hackers de la place Beauvau. Une audience a été exigée par le Rédacteur Suprême auprès de Dominique de Villepin ainsi que de Nicolas Sarkozy lui-même en personne. Ni l'un ni l'autre n'ont pour l'instant donné de réponse mais des déclarations récentes du plus petit flic de France nous permettent d'espérer que la vérité sera bientôt révélée à nos lecteurs. Celui-ci s'est en effet félicité, en présence de sources bien désinformées, du fait de passer "des vacances peinardes sans risque d'être menacé par ces petits cons de Désinformations.com".

L'opposition s'est élevée contre cet "acte de censure inqualifiable" (Laurent Fabius) et ce "scandale affectant la démocratie et la liberté de la presse" (François Bayrou). Seule Ségolène Royal a seule fait entendre une voix discordante, soulignant que "l"exercice du pouvoir doit se faire nécessairement en bonne intelligence avec la presse".

#liberté de la presse | #censure

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 20-08-2006

La rentrée 2006 de tous les dangers pour Dominique de Villepin

suivant : 22-08-2006

Déclin de l'artisanat local : la Corse inquiète

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | contact | à propos des cookies | mentions légales