@desinfopointcom

En Amazonie

En Amazonie : le petit livre qui grattouille

du Rédacteur Suprême
publié le 05-10-2013

C'est un petit livre facile à lire, qui ne prendra pas un temps excessif pour être lu, et qu'il est évidemment jouissif de commander chez Amazon. Il fait partie des livres qu'il faut impérativement avoir lu cette année pour briller dans les salons. C'est donc chose faite pour ma part, profitant d'un samedi pluvieux pour aller écouter l'eau tomber sur le toit de ma véranda, pour ainsi dire sitôt arrivé le précieux colis dans ma boîte aux lettres.

Amazon, c'est beau

crédit : Simone Brunozzi

Je me souviens (comme disait Pérec) de ma première commande chez Amazon. C'était pour acheter "Introduction aux éphémérides astronomiques. Supplément explicatif à la connaissance des temps", un livre difficilement trouvable chez mon libraire de quartier. D'ailleurs, à l'époque (le 1er mars 2002, d'après mon historique de commandes chez Amazon), je n'avais pas de libraire de quartier. Aujourd'hui non plus. Un livre difficilement trouvable, aussi, à la Fnac. D'ailleurs, à l'époque j'étais loin de la Fnac. Aujourd'hui aussi. Décidément, on dirait que tout le monde s'est ligué contre moi pour m'obliger à acheter mes bouquins chez Amazon.

Enfin bref, ce n'est pas le sujet dont traite "En Amazonie", sinon par la répétition des célèbres maximes de Jeff Bezos qui ne se préoccupe que de ses clients. Et je suis un client d'Amazon heureux #confession au grand dam de mon ami libraire, à Paris.

L'auteur est un courageux infiltré, un de ces intellectuels qui accèdent à l'universalité du savoir en quittant leur nid douillet et le confort moelleux du clavier de leur ordinateur pour partir vivre la vraie vie des vrais ouvriers dans une vraie usine. Car, aussi incroyable que ça puisse paraître, il y a des vrais gens qui travaillent pour expédier les bouquins (et autres trucs) vendus par Amazon. Et ils travaillent dans des conditions qui ramènent la condition ouvrière "au XIXème siècle" : pénibilité, cadences infernales, hiérarchie omniprésente, des syndicats fliqués, pas de corons mais des ronds-points bien de chez nous pour arriver jusqu'à l'entrepôt, sans oublier les politiques qui soutiennent à coups de subventions l'exploitation de l'homme par l'homme... Amazon, c'est Germinal avec la puissance de l'informatique moderne.

Mais le bouquin, c'est pas du Zola. Enfin, avec ou sans le talent littéraire, ça nous fait au moins un type qui a compris que les ouvriers sont toujours les ouvriers. Puis qui s'en est retourné chez lui en vivre, tout en maugréant contre ces CGTistes amazoniens qui n'ont finalement pas voulu répondre "par peur" à ses propositions d'entretiens.

Ils ne comprennent rien aux besoins des intellectuels, ces syndicalistes. Des ingrats. C'était bien la peine de s'intéresser à leur sort.

 

#amazon | #ouvrier

le billet d'avant, le 12-09-2011

La blogueuse la plus célèbre de Bora-Bora nous dit tout !

le billet d'après, le 27-12-2013

Siirine, sa version des faits

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales