@desinfopointcom

Nora Gaspard, l'incomparable

du Rédacteur Suprême
publié le 30-05-2014

Eloignez les enfants, nous nous aventurons aujourd'hui dans l'univers de Nora Gaspard, poétesse blogueuse érotique, qui répond aux galantes questions de notre Rédacteur Suprême, dont le tact et le doigté ne sont plus à prouver, comme en témoignent les centaines de témoignages féminins accumulés au fil des ans. Outre son blog, titré "Nora Gaspard" en toute simplicité, elle écrit aussi un autre blog, titré "Didascalies et paraphernalia" en toute complexité, et elle a réuni ses plus beaux textes dans un livre financé par souscription.

NoraGaspard

Nora Gaspard (@NoraGaspard)

son blog : Nora Gaspard

Il est d'usage que l'interview commence par une traditionnelle question "présente-toi en quelques mots..." Or tu te présentes de belles manières sur tes blogs, "... sauvage, louve à la peau douce" ou "caressante et tendrement provoc'" ou encore "bloggeuse namuroise, écrit depuis quelques années déjà le désir et la peau, entre jeu de langue et poésie charnelle". En vérité, peux-tu nous désinformer sur qui tu n'es vraiment pas ?

Bien sûr, je le peux. D'ailleurs je ne vois vraiment pas pourquoi on fait toute une histoire de ce pseudo-mystère, alors que l'évidence est bien là : je ne suis pas un homme sage. Ni homme, ni sage, à dire vrai.

Comment es-tu venue sur Internet ? Poursuivais-tu un but précis ? L'as-tu rattrapé ?

Ma main ne va pas assez vite. Pour tracer les courbes, pour dessiner les lignes. Mes doigts se débrouillent beaucoup mieux par petite touche. Alors j'ai choisi le clavier, très tôt d'ailleurs. Mes camarades de classes cherchaient encore le mode d'emploi de leur calculatrice solaire que je programmais mon ordinateur en basic, à une époque où le porno n'était même pas sur Canal . Sérendipiteuse émérite, j'ai toujours aimé me perdre en route, mes chemins préférés étant ceux de la peau, ces petites lignes magnifiques qui vont du cou au sein, de Skynet l'ancêtre à YouPorn, et encore. Là, j'ai tellement trouvé ce que je ne cherchais pas, que j'ai repris la plume et la poésie.

Peux-tu nous décrire la journée type d'une poétesse-blogueuse érotique ?

Debout à l'aube (si, si, 7h, c'est l'aube). Dans le quart d'heure qui suit mon réveil, je tweete mes premiers mots doux du jour. C'est presque un toc : chaque journée commence par #Bonjour et se termine par #BelleNuit. Si je ne le fais pas, j'ai l'impression de découcher, de sucer sans tromper. Ensuite, je carbure quelques heures au café, histoire de gagner ma viande, parce que la poésie ne nourrit pas les louves... Au soir venu, j'écris. Selon l'humeur du jour, selon les coups de sang ou les élans d'en-vie, parfois juste pour ne pas perdre la main, le vocabulaire, parfois avec de grandes inspirations.

Eros et Thanatos sont amis et un de tes textes sur ton blog "Didascalie et paraphernalia" évoque cette amitié ("Demain"). Que pouvons-nous te souhaiter ? D'avoir encore beaucoup de souffle pour courir malgré les bleus aux genoux ?

Oh oui, je vais bien, tu sais. La vie nous fait parfois des coups de pute, mais ce sont eux qui donnent la saveur aux heures douces. Alors oui, je prends les bleus et les bonheurs, je prends les déséquilibres avant les grands vertiges de volupté, je prends les doutes et la sagesse. Je crois qu'il faut toujours garder un oeil sur la mort, histoire de savoir à quel carrefour on est.

Est-ce que bloguer c'est tromper ?

Ca dépend si on a mangé des cachous ou pas.

Tu es déjà célèbre mais, bien évidemment, la publication de ton interview ici va t'apporter une notoriété encore plus grande dans le monde de l'internet francophone de bon goût. Comment te prépares-tu à cette future célébrité planétaire ?

Je m'entraîne fort : mouvements du cou pour éviter les gonflements inopportuns, échauffement des poignets pour les autographes, et je jouis tous les deux jours.

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie a-t-elle changé ?

Maître Roger est entré dans ma vie quand j'ai rejoint Twitter, il y a un peu plus de 3 ans. J'admire son usage du guillemet, qui aurait tendance à tomber en désuétude par ailleurs.

Au début, j'avais peu d'abonnés, encore moins d'abonnement, je me sentais toute nue au milieu des gazouillis. Depuis j'ai laissé tomber la robe, et me promène presque sans armure au milieu des oiseaux. Mais je garde cette tendresse pour les premiers, ceux qui m'ont éclairée, guidée, formée, appris la vie dans l'irréel.

Quelle musique as-tu écoutée pour répondre à cette interview ?

Les sirènes des fans de foot, les bruits du dehors, la rivière au pied de la maison. C'est ma musique préférée, les petites notes de vie. Quand on tend bien l'oreille, le vent raconte les rêves, et le plaisir des voisins.

Quelle musique nos lecteurs devront-ils écouter pour la lire ?

Je leur conseille plus que tout, en ces lendemains sombres, ce superbe titre d'Alexandra Roos, "Prends-moi".

Et Pauline Réage, dans tout ça ?

Elle fait un peu de figuration dans mon imaginaire. Une fessée par-ci, les poings liés par-là, pour la transgression légère. J'explore peu la dimension psychologique, ce n'est pas mon rayon d'écriture, je ne m'y sens pas à l'aise. Cela dit, l'histoire, la légende qui entoure l'écriture d'"Histoire d'O" n'est pas si différente de la mienne... Je n'en dirais pas plus !

 

#Nora Gaspard | #blogueuse | #érotique | #poétesse | #Hurler des Fleurs | #Pauline Réage

lire son blog : Nora Gaspard

 

le billet d'avant, le 27-05-2014

Lactimelle nous parle de sa rencontre avec la Vierge

le billet d'après, le 12-06-2014

La vie de blogueuse est une aventure

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales