@desinfopointcom
Manuela Wyler, 1960-2017

21-02-2017
humeur

So long, Manuela

La nouvelle est tombée sur nos téléscripteurs deux point zéro en fin de journée : "Manuela Wyler, 1960-2017". Un soir de tristesse propice à l'hommage rendu par l'humble twittos que je suis, toujours pas mort de son rhume d'homme, propice à un discours historique, aussi : "Entre ici, Manuela, avec ton terrible cortège. Avec ces métastases..." Et puis non, qui suis-je pour oser m'adresser ce soir à celle qui eut le courage de prendre soin, tous les matins, de saluer le monde et sa banlieue, désormais esseulés ? Qui suis-je pour écrire un hommage posthume ? Pas grand-chose... Mais bon, comme elle me l'a écrit dans une de ses interviews, "il faut suivre les élans de son coeur et rester audacieux".

> lire la suite

23-06-2015

«Le cancer, une affaire trop sérieuse pour être confiée aux cancéreux», nous déclare Adolphe-Bénito Dubonchoix

La lutte contre le cancer, grande cause nationale à répétition depuis des décennies, a connu un tournant communicationnel majeur avec le développement des Internets qui ont permis à des gens de témoigner très simplement et en toute liberté de leur maladie, voire d'exprimer des opinions sur le corps médical ou sur les actions de prévention publiques ou privées plus ou moins caritatives. Ainsi notre amie Manuela Wyler a-t-elle écrit un blog, puis un livre, titrés "Fuck my cancer", où, non contente de livrer son autopathographie, elle dit ce qu'elle pense de tout ça (soignants, accompagnants, caritatifs, gens, tarifs du parking de l'hôpital, etc.) et pose parfois des questions qui fâchent. Cet usage immodéré de la liberté d'expression n'est pas du goût de tous : une association, dont nous taisons le nom par souci de ne pas surcharger le service juridique de notre hébergeur, vient de demander la fermeture du blog de Manuela. Souhaitant désinformer au mieux nos lecteurs, nous avons interrogé Adolphe-Bénito Dubonchoix, avocat imaginaire de ladite association, dont les réponses qu'ils ne nous a pas données ne manqueront pas d'éclairer le débat.

> lire la suite
Le cancer, c'est maintenant

28-04-2015
lecture

Fuck my cancer

Manuela Wyler ne pouvait trouver titre plus synthétique pour son blog que ce "Fuck My Cancer", le cri de guerre devenu désormais, et à partir de ce 29 avril au matin, le titre de son livre édité chez Fayard, autopathographie sans pitié, qui décrit l'histoire non terminée de son carcinome lobulaire infiltrant (#çafaitpeur). Ou comment un connard, Carlo, ledit carcinome, s'attaque à Manuela et trouve en elle une sacrée emmerdeuse. La quatrième de couverture évoque "un blog énervé et humoristique". A dire vrai, pour ce qui est de rigoler sur le cancer - car on peut rire de tout, même du cancer, surtout celui des autres pour les moins doués d'entre nous autres humoristes - il vaudra mieux relire les oeuvres complètes de Pierre Desproges.

> lire la suite
Lance Armstrong après une injection
CC Flickr - Max

05-07-2009

Tour de France 2009 : Lance Armstrong s'est injecté des cellules cancéreuses

Tour de France - Dans un entretien exclusif à Désinformations.com, Lance Armstrong nous révèle les secrets de son retour : l'ultra-compétiteur s'est injecté des cellules cancéreuses dont la prolifération n'est possible que si le taux d'adrénaline baisse dans son corps d'athlète sublime. Une défaite ou arriver 2e, par exemple, déclencherait la propagation. Cette cellule, la polymitose depressivus gravitus, est unique en son genre. La défaite au Tour de France 2009 est donc parfaitement acceptable pour le Texan. Elle sera simplement assortie d'une sanction particulièrement irréversible. Lance Armstrong a le sens de la motivation.

> lire la suite
1
AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales