Désinformations.com

Nicolas Sarkozy porte plainte contre le pauvre con du salon de l'agriculture

du Rédacteur Suprême
publié le 26-02-2008

Le crime commis contre le président de la République et contre la grammaire française samedi dernier ne restera pas impunis. L'auteur du "touche-moi pas, tu me salis !" est en effet poursuivi, sur plainte du locataire de l'Elysée, pour "terrorisme et atteinte à la sûreté de l'Etat", "insulte à représentant de l'ordre public dans l'exercice de ses fonctions" et "faute de grammaire en présence du protecteur de l'Académie française".

Triste ambiance au salon de l'agriculture après l'affaire du pauvre con
CC Flickr - Manuel | MC

Rachida Dati, qui avait déclaré "choquant" qu'un individu puisse être "un peu désagréable" avec le président de la République, s'était engagée dès samedi midi auprès de son entourage bien désinformé à "laver l'affront subi par Nico en faisant un exemple".

Les charges qui pèsent contre le pauvre con sont lourdes et nous avons demandé à la ministre de l'injustice de les expliquer en exclusivité pour les lecteurs de Désinformations.com.

"Il y a atteinte à la sûreté de l'Etat", analyse donc Rachida Dati puisque en offensant Nicolas Sarkozy, le coupable lui a fait perdre son sang froid et a donc fait prendre "des risques inconsidérés à la stabilité des institutions". Selon l'entourage bien désinformé de la Garde des Sceaux, énerver le président de la République, que tout le monde sait "psychologiquement sensible", est un acte délibéré de "terrorisme" visant à "fragiliser l'équilibre des pouvoirs".

Rachida Dati considère comme une "circonstance aggravante" le fait qu'il y ait "insulte à un représentant de l'ordre public dans l'exercice de ses fonctions". Sur le conseil de ses avocats, Nicolas Sarkozy n'a pas voulu retenir le délit d'outrage au chef de l'Etat, considéré comme "désuet et inadapté à la gravité de la situation". C'est donc en tant que "garant de l'ordre public" que le président de la République s'est senti offensé.

Enfin, le pauvre con du salon de l'agriculture se voit poursuivi pour le délit "gravissime" d'usage d'une grammaire inappropriée. "On ne dit pas touche-moi pas mais ne me touche pas", affirme Rachida Dati, pour qui l'atteinte à la grammaire est une agression "considérable qui renforce le sentiment d'insécurité qu'a dû ressentir le chef de l'Etat face à ce pauvre con". Des tests ADN de précaution ont été demandés pour s'assurer du caractère français de souche du pauvre con, qui, s'ils s'avèrent négatifs, pourrait être reconduit à la frontière à l'issue de sa future rétention de sûreté.

On apprend par ailleurs de sources bien désinformées que la vache qui a déféqué que les mocassins présidentiels a été conduite dès dimanche à l'abattoir. Les premières constatations sur place ont permis de déterminer qu'il ne s'agissait pas d'un "accident", comme le prétendaient les avocats du propriétaire du bovin. L'enquête en cours déterminera s'il faut abattre tout le troupeau auquel appartenait cette vache, l'analyse de la bouse ayant mis en évidence "des traces de substances azotées toxiques". L'éleveur propriétaire de la vache coupable a été immédiatement déchu de ses droits civiques, il risque un mois de prison ferme, peine qui sera suivie d'un enfermement à vie au nom de la loi de rétention de sûreté.

#Nicolas Sarkozy | #pauvre con | #salon de l'agriculture

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 22-02-2008

Nicolas Sarkozy supprime un jour férié

suivant : 07-03-2008

Résultats des élections municipales : un écarteur anal pour chaque candidat UMP

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales