Désinformations.com

Ségolène Royal, la "femme debout", replace le Parti Socialiste sur le chemin du débat d'idées

du Rédacteur Suprême
publié le 30-01-2009

Après le ratage global du congrès de Reims, les socialistes entament un vrai débat d'idées sur le fond qui ne manquera pas de faire enfin entendre à la société française une voix d'opposition "claire et constructive" face à la politique de démantèlement du modèle social à la française par Nicolas Sarkozy. Le prochain lancement du livre de l'ancienne candidate, Femme debout, permet d'apporter une contribution décisive à la reconquête du pouvoir par les forces de progrès après la parenthèse sarkozyienne "indigne de la Patrie des Droits de l'Homme".

Acheter Femme debout sur Amazon.fr

Le premier message fort du livre de Ségolène Royal réside dans son titre même, qui n'est pas sans rappeler les tentatives d'élévation du débat interne au PS dès la préparation du congrès de Reims.

A la question qui hante les sections socialistes depuis l'origine, "c'est quoi être socialiste ?", la candidate de 2007 apporte une réponse claire et sans ambiguïté : le socialiste du 21ème siècle est "debout".

Son entourage bien désinformé souligne combien cette posture est le fruit d'une longue réflexion au sein de l'association Désirs d'avenir : "debout a été préféré par exemple à d'autres expressions qui ont suscité de débats internes passionnés", nous révèle ainsi Vincent Dubonchoix, conseiller participatif de la présidente de la région Poitou-Charentes. Ainsi, femme "debout" a été préféré à "assise" (trop figé) ou encore "allongée" (trop provocateur). De même, Vincent Dubonchoix a déconseillé l'usage de qualificatifs évoquant le mouvement ("en avant", "en mouvement") ou pouvant inspirer des sarcasmes quand ils s'appliquent à Madame Royal ("femme en réflexion", "femme socialiste", etc.)

Mais l'inspiration de Ségolène Royal viendrait, selon Sigmund Dubonchoix, le psychanalyste des stars, cousin au deuxième degré du conseiller participatif de l'ex-compagne de François Hollande. "Femme debout, c'est une expression qui prépare le mouvement", nous a-t-il expliqué, "quand on entend l'expression "femme debout", on associe immédiatement l'idée que la femme debout s'oppose à la "femme assise", et l'on valorise la femme debout en cela qu'elle ira nécessairement plus loin que la femme assise".

Sigmund Dubonchoix pense même que la "femme debout" est aussi une réminiscence de dialogues de Michel Audiard parfaitement adaptés à celle qui confiait il y a quelques jours à certains de nos confrères sur une radio qu'elle en avait "marre, marre, marre". Pour le docteur Dubonchoix, la "femme debout" fait immanquablement penser à ces "cons qui marchent et qui iront toujours plus loin qu'un intellectuel assis".

Interrogée par nos soins sur son téléphone portable, Martine Aubry a refusé d'indiquer si elle se sent plus "assise" ou "debout". En revanche, la première secrétaire du PS évoque pour la première fois une convergence forte avec Ségolène Royal : elle aussi déclare en avoir "marre, marre, marre".

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 28-01-2009

Prévisions pour la grève générale : nos conseils aux otages

suivant : 02-02-2009

Bug de Google : un article de "Désinformations.com" provoque une crise boursière internationale

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales