Désinformations.com

Une release candidate du logiciel socialiste annoncée pour 2011

du Rédacteur Suprême
publié le 08-05-2009

Victime de bugs à répétition depuis plusieurs années, le logiciel du Parti Socialiste pourrait être rénové avant les élections présidentielles de 2012. Steve Goodchoice, consultant de Martine Aubry pour le logiciel socialiste, est confiant quant à sa capacité à proposer une alternative réaliste aux versions "historiques" qui ont fait le succès du PS au 20ème siècle.

"Je ne compte plus les ordinateurs de la rue de Solférino qui tournent encore sous Epinay 2.0", se lamente Steve Goodchoice qui se déclare "bien forcé" de reconnaître que l'on n'a pas fait mieux depuis la célèbre version du logiciel socialiste sortie peu avant la victoire de 1981. Certains puristes ont d'ailleurs toujours refusé d'upgrader leur logiciel en Epinay 2.2, la version sortie en 1988, "pourtant exempte de bugs mais qui faisait déjà l'objet d'une dérive droitière".

Nombreux sont les militants qui ont dû réinstaller Epinay 2.0 après le plantage massif de la version Socialows 97, qui s'annonçait pourtant prometteuse après l'échec du lancement de la version Jospinux 95 : "le logiciel socialiste est le seul au monde à ne pas avoir survécu au bug de l'an 2000", analyse Steve Goodchoice, qui précise que "Socialows 97 s'est totalement arrêtée de marcher en 2002 lorsque les derniers utilisateurs ont dû renoncer à reculer en permanence la date de leur PC pour que celui se croit toujours entre 1997 et 1999".

Mais la grande catastrophe du logiciel socialiste a bien entendu été le lancement raté de la version Jospinux 2002 : "la deuxième tentative du PS de se relancer par le logiciel libre", explique Steve Goodchoice, "n'a pas été comprise des consommateurs et souffrait d'un défaut de conception lors de son lancement : l'ordinateur se plantait systématiquement entre le premier et le second CD d'installation du nouveau logiciel socialiste". D'après les spécialistes les mieux désinformés, le bug du Jospinux 2002 s'expliquerait par le fait qu'il n'était pas socialiste.

Selon Steve Goodchoice, l'espoir est revenu peu de temps après : "le Service Pack 2004 était porteur d'innovations qui permettaient au Parti Socialiste de se replacer sérieusement sur le marché avec une offre compétitive". Néanmoins, le lancement de la Release Candidate 2007 de la rue de Solférino fut un échec alors que la firme concurrente de la rue de la Boétie réussissait magistralement celui de UMP 1.1 qui n'était pourtant qu'un upgrade avec le patch Sarko 1 de l'UMP 1.0, lui-même développé sur la plateforme éprouvée RPR 75.016.92.

Après les nouvelles difficultés rencontrées fin 2008, quand les utilisateurs du logiciel socialiste se sont déchirés au congrès de Reims entre les versions A, C, D et E, la première secrétaire du parti a décidé sitôt son installation rue de Solférino de confier une mission de fond à Steve Goodchoice pour que celui-ci propose une Release Candidate d'ici 2011. Selon les confidences du conseiller multimédia du PS, on s'oriente soit vers une version Ségo 2.1 (moins participative que Ségo 1.1, plus robuste), soit vers une version Aubry 1.0 (héritée de l'indémodable Epinay 2.0).

Toutefois, l'unité du logiciel socialiste reste fragile : alors que les partisans du logiciel libre pourraient revenir à la charge avec Fabiux 83.11, des sources bien désinformées nous signalent que des programmeurs venus du logiciel UMP 1.1 voudraient percer sur le marché d'ici 2012 avec un imbattable DSK 0.0, en cours de préparation aux Etats-Unis.

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 06-05-2009

Hadopi amendée pour interdire Jean Ferrat et Aragon

suivant : 10-05-2009

Après le contrôle positif de Richard Gasquet à la cocaïne, Nicolas Sarkozy veut réformer le sport de haut niveau en Europe

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales