Désinformations.com

Les socialistes se divisent sur la question de la tondeuse dominicale harmonisée

correspondance du Microcosme
publié le 24-06-2009

Rue de Solferino - Après le point presse de Nicolas Sarkozy à Versailles, Martine Aubry veut rebondir sur la directive tondeuse Barroso. Elle réunit le bureau national, pour préparer le secrétariat national, afin de bien caler le prochain conseil national, de manière à réunir au plus vite la Convention nationale, et élaborer un message fort aux conseils fédéraux qui mettront en débat la position du parti lors de sections réunies en assemblées générales.

Tondeur de pelouse socialiste divisé
CC Pixabay

Les militants, eux, se lèveront à 6H du mat' pour distribuer avec conviction des tracts que d'innombrables ex-électeurs recycleront soigneusement dans leurs poubelles vertes.

Madame Aubry ouvre les débats : "Soyons fiers de nos valeurs. Les 35 heures ont été une réforme formidable." "Très bien !", fuse du fond de la salle. Henri Emmanuelli tonne "camarades, cette directive est une atteinte intolérable aux acquis sociaux !".

"L'ouvrier n'a pas de pelouse, il vit dans le béton", observe Arnaud Montebourg, qui renchérit : "voilààààà notre position : non au béton amianté !" "Très bien !", fuse du fond de la salle.

Harlem Désir cherche l'équilibre politique : "les communistes sont contre le tondeur polonais ; Cohn-Bendit déposera un amendement contre les tondeuses polluantes... faisons, sur cette base, la gauche unitaire". "Réhabilitons l'impôt sur les tondeuses !", s'écrie Jean Glavany. "Très bien !", fuse du fond de la salle. "Ce sont les riches qui ont des tondeuses polluantes", précise François Hollande. "Il faut une loi contre la tonte en Burqa" exige Benoît Hamon, chômeur. "Très bien !" fuse du fond de la salle.

Martine Aubry récapitule : "reprenons la main, déposons un projet de directive sur les piscines..."

"Mais les ouvriers ne savent pas nager !", s'énerve Laurent Fabius. "Voilàààà notre combat : apprendre la brasse coulée aux pauvres", propose Bertrand Delanoe, interrompu par un "Très bien !" qui fuse du fond de la salle...

Michel Rocard, retraité, fait le point : "Il n'y a de tonte de pelouse sans pelouse et donc sans anticipation monétaire des surfaces tondables, en but avec les critères de Maastricht, même si un compromis franco-allemand fait sens, car l'Allemagne ne pouvant céder depuis les Accords de Görlitz en 1836 sur l'indépendance de ses jardins, concept élargi des pelouses à périmètre constant, au moment où la crise sociétale de l'herbe pose la question pressante du statut des squares publiques en délégation de service, sans révision du Traité de Nice, dont l'approche malthusienne nous a fait céder nos instruments d'intervention herbacée plutôt que de miser sur une structure intégrée donnant à l'Etat les moyens d'émettre sur le 3e marché des titres swap obligataires verts, conformes au principe de subsidiarité, avec l'appui de la Banque européenne d'investissement, de manière à lancer d'importants projets dérivés d'infrastructures de tonte à énergie éolienne et d'acquisitions de pelouses moquettes recyclables 4e génération.".

"Merci... Mes chers camarades", conclut Martine Aubry, "nous avons bien avancé. Je propose de mettre à l'ordre du jour du prochain secrétariat national les assises générales de la tondeuse et de la piscine pour élaborer tous ensemble un texte fondateur de la gauche unitaire."

Ségolène Royal a sans attendre demandé pardon à tous les propriétaires de tondeuses et de piscines.

#socialiste | #tondeuse à gazon | #tondre la pelouse le dimanche | #Martine Aubry | #Europe

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 21-06-2009

Les horaires pour tondre le gazon le dimanche bientôt harmonisés par l'Europe

suivant : 25-06-2009

Les principes de l'éducation populaire ont guidé le remaniement du gouvernement Fillon

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales