Désinformations.com

Carla Bruni montre ses mollets glamour aux réfugiers de l'Aquila

correspondance du Microcosme
publié le 10-07-2009

L'Aquila, Italie - Carla Bruni-Sarkozy a déclaré «je suis bouleversée par ma visite de l'Aquila», ville des Abruzzes accueillant certes le sommet du G8, mais ayant aussi été entièrement rasée par un séisme meurtrier le 6 avril dernier.

Vêtue d'un pantalon blanc Kenzo et d'une veste blanche Ralph Lauren, un peu strict, sur un chemisier noir Armani très saillant, Carla Bruni-Sarkozy s'est rendue sur les lieux du drame, guidée pour cette visite par Augostino Miozzo, le directeur des relations internationales de la Protection civile italienne. "Je n'ai pas voulu me différencier des autres premières dames", a indiqué l'épouse du présidentissime Nicolas Sarkozy, "je suis naturellement bien plus hot et vibrante que Michelle Obama..." a ajoutée notre subtile première Dame qui avoue des "difficultés" à rester près de l'hôte du G8, signe très italien d'une vieille rivalité entre les Tedeschi et les Berlusconi, ces nouveaux petits riches très vulgaires.

Suivie d'une meute d'affamés, Carla Bruni nous a fait la démonstration de son immense goût de la culture et des beaux arts indiquant que "pour le patrimoine italien et le patrimoine européen et donc français, c'est une tragédie ce qui s'est passé ici: moins une tragédie humaine, car eux peuvent se reproduire et ne se gênent d'ailleurs pas, ou une tragédie économique, car je suis toujours plus pétée de tunes que les Berlusconi, mais une réelle et profonde tragédie pour le patrimoine".

Courageusement entourée de milliers de mendiants crasseux, pour certains pouilleux, et dans tous les cas mal nourris, elle a ajouté que "la réparation de la coupole de l'église de Santa Maria del Suffragio serait pour moitié financée par des fonds français". Carla a aussitôt remis un chèque de 3,2 millions d'euros au premier prêtre qui passait.

Remontant doucement ses cheveux fins et gracieux d'une main sensuellement agile et délicate, suscitant un émoi certain parmi les photographes les plus endurcis et une syncope du prêtre récipiendaire du chèque, elle nous a alors précisé qu'elle avait "promis de venir ici, voir de près à quoi ça ressemble un vrai pauvre qui n'a plus rien, victime du tremblement de terre, en haillons et sans espoir... le monde se souvient de ma promesse, et je tiens assez souvent mes promesses".

Carla Bruni Sarkozy a tenu à faire un don de sa personne pour soulager les manants, désormais un peu trop insistants à son goût et limite lassants - "quand je dis non, c'est non...vous iriez tout boire !" - "Je veux faire un don de ma personne à ces sans rien qui ne savent que tendre la main et ne peuvent se retrousser les manches, puisqu'ils n'en n'ont plus. Je suis venue leur redonner du courage.".

A cet instant précis, Carla Bruni, saisie d'une humanité peu commune, releva la patte gauche de son pantalon et mis à nu son tendrement glamour d'amour de mollet de première dame artiste. Les "Hourra" et "Yipeee" couvrirent heureusement rapidement les sifflets un tantinet grossiers et irrespectueux. La rumeur s'envola et emporta avec elle un peu de joie. La nouvelle réchauffa les coeurs froids de ces misérables qui tiennent assez à la vie pour survivre avec moins de 500.000 euros par an, "sans doute le seuil de pauvreté", pensa Carla. La rencontre du mollet glamour et du peuple démuni a donc marqué l'Histoire d'une pierre ponce, en hommage aux victimes de la tragédie de Pompéi. Un grand moment d'espoir, un grand moment Léon Zitrone.

Nous avons ensuite appris qu'après tous ce travail et les émotions d'Aquila, le couple présidentiel s'était envolé pour Turin. Carla Bruni va faire visiter à son petit mari sa maison d'enfance, le Castello di Castagneto, un modeste 1.268 pièces vendues au cheik Waleed al-Sand il y a deux mois. Elle lui racontera ses souvenirs d'enfance, dans une robe Gucci crème laissant dévoilée ses épaules félines, et non pas, comme prévu, un tailleur rose Nina Ricci, un peu surfait, que notre guitariste de première dame du présidentissime Nicolas Sarkozy a décidé de jeter à la foule en transe à son retour à Paris.

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 09-07-2009

Le crédit responsable met en difficulté l'emprunt Sarkozy

suivant : 10-07-2009

Michael Jackson a été assassiné : le rapport secret du FBI

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales