Désinformations.com

John Travolta apporte à Haïti 4 tonnes de DVD de "la fièvre du samedi soir"

correspondance du Microcosme
publié le 26-01-2010

Port au Prince - A bord de leur Boeing 707, John Travolta et sa femme Kelly Preston volent au secours de Port-au-Prince, en apportant une aide humanitaire considérable : quatre tonnes de DVD "La fièvre du samedi soir" ("Saturday Night Fever") à l'attention des jeunes Haïtiens à l'évidence en mal de divertissement. Alors que les concerts gratuits et inutiles se sont multipliés en France pour les victimes du séisme d’Haïti, que l’acteur Sean Penn n'a apporté que des vivres et de l'eau potable, John Travolta va, lui, à l'essentiel et apporte l'esprit de la joie insouciante de la fin des années 70, avant que la terrible épidémie du Sida ne brise le rêve de bonheur d'une génération. Le message est bien là, en filigrane.

Rappelons que la Scientologie a pour but d'ériger une civilisation de bisounours sans folie, sans criminel et sans guerre, mais payante, dans laquelle les gens capables puissent danser librement du moment qu'ils dansent sainement. Cette liberté corporelle honnête est inscrite dans le message fondamental de la Scientologie, pour qui la motivation fondamentale de la vie est la survie, notamment après un tremblement de terre, sur une échelle graduée allant de la mort à l'immortalité potentielle. Notons que l'ultime degré est appelé "degré du Rédacteur Suprême".

C'est cette finalité que John Travolta propose aux Haïtiens, afin de leur redonner espoir.

Dans "la fièvre du samedi soir", le héros, Tony Manero, interprété par John Travolta, est un jeune New-Yorkais d'origine italienne, forcément mal intégré, âgé de 19 ans, donc dangereusement irresponsable, qui tente d'agrémenter sa morne existence à traîner dans les halls d'immeubles de Brooklyn, grâce à ses talents de danseur en se rendant chaque samedi soir dans une boîte disco, ce qui est certes en limite des critères de civilisation occidentale.

Roi de la fête, il prépare mal sa retraite et devra affronter la réalité de la vie qu'il surmontera en faisant le choix de danser sainement.

Formidable leçon de vie donc et de morale, dans la droite ligne de la scientologie. Mais est-il honnête de laisser espérer chaque Haïtien qu'il pourra atteindre le stade du Rédacteur Suprême ? Tony Manero n'atteint évidemment pas le stade du Rédacteur Suprême. Chacun à sa place, tout de même.

#John Travolta | #scientologie

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 25-01-2010

Radars tronçons : Nicolas Sarkozy n'échappera pas à un nouveau scandale

suivant : 27-01-2010

Forum économique de Davos : vers un discours majeur du Rédacteur Suprême

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales