Désinformations.com

Empreintes génitales : Brice Hortefeux révèle la riposte du gouvernement contre les grévistes

du Rédacteur Suprême
publié le 17-10-2010

Lors de son intervention chez nos confrères de RTL ce soir, Brice Hortefeux, le ministre de la haine de l'intérieur a semblé faire un lapsus digne de son ex-collègue Rachida Dati en évoquant les "empreintes génitales". Tous les auditeurs ont cru qu'il confondait "génitales" et "digitales" mais il n'en est rien : le ministre ami d'enfance du présidentissime a révélé malgré lui l'un des volets du plan implacable du gouvernement pour en finir avec la contestation sociale, plan qui est classé défense à ce stade mais que notre correspondant à la CIA, Jimmy Goodchoice, nous dévoile en excluvisité.

Brice Hortefeux
CC Flickr - Sénat

Brice Hortefeux fera en effet voter une loi par la majorité du parti unique dès ce lundi pour en finir avec le mouvement social.

Première disposition : il sera interdit à toute personne non habilitée de déplacer une poubelle, sous peine de 2 ans de prison. La peine sera doublée en cas de fabrication de barricade avec plusieurs poubelles. Et elle atteindra 6 ans si les poubelles sont déplacées par des jeunes, dont 2 ans fermes encourus par leurs parents irresponsables. "Les poubelles qui servent d'armes, c'est fini !" a exigé le ministre de la haine de l'intérieur auprès de ses collaborateurs, selon les désinformations recueillies par l'agent Jimmy Goodchoice.

Deuxième disposition : il sera interdit de menacer les CRS avec une carte de journaliste. Brice Hortefeux s'est indigné ce soir : "je regrette évidemment qu'un journaliste de Canal+ ait été neutralisé en présence d'autres journalistes et de caméras, c'est très mauvais pour l'image de la police". Le ministre de la haine de l'intérieur précise que "c'est le journaliste de Canal+ qui a commencé la provocation en exhibant sa carte de presse, les CRS se sont sentis menacés, il faut donc une loi pour protéger les journalistes d'eux-mêmes en les empêchant de se mettre en danger".

Troisième disposition, celle sur les désormais fameuses "empreintes génitales" : selon l'agent Jimmy Goodchoice, Brice Hortefeux a décidé d'étendre les fichiers de surveillance des citoyens pour mieux prévenir la violence liée aux incompréhensions des projets du gouvernement. Le fichier,que la Cnil reconnaîtra mardi être conforme à la réglementation, comprendra tant d'informations personnelles que les policiers en charge de sa conception l'ont résumé par l'appellation "empreintes génitales" parce que "seules les informations sur les mensurations intimes devraient échapper dans un premier temps à ce fichier".

"C'est par une meilleure connaissance des citoyens que la police française compte maîtriser la violence", précise l'agent Jimmy Goodchoice, qui explique que "les ressources précédemment affectées à la maintenance du fichier MENS seront réaffectées au fichier des empreintes génitales".

Les informations du fichier des empreintes génitales seront incluses dans des puces RFID incorporées dans les futures cartes nationales d'identité et titres de séjour, qui faciliteront les contrôles, qu'ils soient aléatoires ou au faciès. La technologie RFID permettra aussi de compter les manifestants avec la plus grande précision possible.

Face à ces "progrès considérables", le présidentissime Nicolas Sarkozy a demandé à l'UMP de rendre possible l'adoption de la loi sur le fichier des empreintes génitales d'ici la semaine prochaine. La création des premières cartes d'identité à puce RFID suivra début novembre.

#Brice Hortefeux | #empreintes génitales | #fichier MENS | #Cnil

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 15-10-2010

Martine Aubry demande à Nicolas Sarkozy de suspendre sa retraite à l'Elysée

suivant : 18-10-2010

Sexe : les meilleures techniques ouzbeks du lapsus

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales