Désinformations.com

Cablegate : des révélations de Wikileaks censurées par la presse française

correspondance du Médoc
publié le 30-12-2010

Les révélations de Wikileaks relayées par le quotidien espagnol El Pais à propos du financement de Nicolas Sarkozy par les fonds détournés par Omar Bongo viennent jeter le doute sur l’indépendance de la presse française. En effet, des sources bien désinformées manipulées par l'UMP s'étonnent aujourd'hui que ces informations sensibles n'aient pas été révélées par Le Monde qui avait pourtant bénéficié, comme le New York Times, le Guardian, Der Spiegel et, donc, le quotidien madrilène, de l'exclusivité sur les câbles diplomatiques fournis par Wikileaks. Inquiet de voir le discrédit jeté dans cette affaire sur la presse francophone de bon goût, Julian Assange a décidé d'ouvrir ses archives à un meilleur représentant en territoire français. Il a ainsi contacté hier Maître Roger Suprême afin de lui demander de bien vouloir ouvrir les colonnes de Desinformations.com aux révélations du Cablegate.

Le cablegate vu de l'intérieur
CC Flickr - waffler

Une proposition que le maître de la désinformance ne pouvait bien entendu pas refuser, d'autant plus que le patron de Wikileaks a ajouté aux câbles déjà fournis aux rédactions citées précédemment, une nouvelle série de documents concernant les toutes dernières années et les derniers mois. C'est donc une rédaction encore plus en ébullition qu'à l'accoutumée qui a travaillé toute la nuit – avec l'aide des serveurs surpuissants mis à sa disposition par son hébergeur – d'arrache pied sur l'analyse des câbles diplomatiques en lien direct avec la vie politique française.

Soucieux de l'éthique du journal qu'il dirige, Maître Roger a cependant décidé de ne révéler pour l'instant que les câbles dont les sources étaient bien invérifiables, et l'on s'aperçoit que les semaines qui viennent devraient être riches en révélations rocambolesques sur les mœurs politiques françaises.

L'on apprend ainsi que, soucieuse de relancer son industrie en voie de disparition, la France a passé un accord secret avec l'Iran. Mahmoud Ahmadinejad s'est ainsi engagé à acheter au groupe SEB un minimum de 100.000 pièces de sa centrifugeuse à deux vitesses ZE810 D02 dans le cadre de son programme nucléaire. Christian Estrosi, alors ministre de l'Industrie, aurait emporté le marché face au néerlandais Philips en vantant notamment la fameuse large goulotte du modèle qui permet l'insertion rapide de plus gros blocs d'uranium. En échange de cet achat de masse, le gouvernement français aurait accepté de fermer les yeux sur les atteintes aux droits de l'Homme en Perse ; engagement d'ailleurs aisé à prendre car, ainsi que le notait alors l'ambassadeur américain qui a transmis le câble "il ne faut pas oublier que la France n'a pas de ministre des Affaires Étrangères mais seulement une personne qui fait fonction, un certain M. Kouchner".

Autre révélation fracassante qui devrait agiter dans les jours qui viennent la gauche française, ou ce qu'il en reste ; le noyautage raté du Parti Socialiste par un agent nord-coréen au nom de code transparent : Maï Lun Chôn. Toutefois, les déclarations à l'emporte-pièce de Jean-Luc Mélenchon – puisqu'il ne peut s'agir que de lui – justifiant la répression armée au Tibet, dénonçant les opposants cubains ou vantant les charmes de la traditionnelle chasse aux rats pour préparer la soupe dans les rues de Pyongyang ont tôt fait d'annihiler sa couverture. Ce qui explique qu'il se trouve aujourd'hui allié à la machine de guerre électorale que représente le Front de Gauche au succès… limité. "Il est étonnant de constater la grande faculté d'autodestruction dont bénéficie l'extrême-gauche en France", constate un diplomate américain.

On en apprend aussi un peu plus sur les mœurs élyséennes et notamment sur les rumeurs de relations extraconjugales entre Carla Bruni et Benjamin Biolay et entre Nicolas Sarkozy et Chantal Jouanno. Ainsi, un câble diplomatique évoque des informations de première main issues d'une source proche du dossier (un certain cardinal G.) selon laquelle ces rumeurs auraient pour origine l'Élysée même. En effet, la diffusion de cette "information" aurait permis à Carla Bruni de faire croire qu'elle avait assez de talent pour séduire un véritable artiste et à notre présidentissime de "faire penser qu'il pouvait avoir du charme", note perfidement l'ambassadeur américain à Paris.

Notons toutefois que les câbles diplomatiques fournis par Wikileaks restent à prendre avec des pincettes. On en veut pour preuve celui révélant que le père de l'enfant de Rachida Dati serait Frank Ribéry. Il s'agit d’évidence d'une malencontreuse confusion entre les prénoms Zahia et Zohra.

#wikileaks | #Omar Bongo | #Nicolas Sarkozy

 

Correspondant en Médoc

lire tous ses billets

 

précédent : 24-12-2010

Les prévisions astrologiques 2011 de Yaba Roger

suivant : 30-12-2010

Après la mort du chanteur de Boney M, les fabricants de lingerie en deuil

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales