Désinformations.com

La défaite de la Tunisie au Mondial de handball a fait chuter Ben Ali

correspondance du Médoc
publié le 14-01-2011

Les plus fins analystes, de Pierre Menès à Lionel Chamoulaud, en passant par le conseiller spécial de la cellule "sport et diplomatie" de l’Élysée, Pierre Sled, l'avaient prévu. Aujourd'hui le président tunisien Ben Ali est tombé. Certains câbles révélés récemment par Wikileaks faisaient eux aussi état de la fragilité croissante du gouvernement Ben Ali depuis quelques années. Ainsi un message de l'ambassadeur américain à Paris en 2009, Jeremy Goodchoice, faisait état d'un dîner informel avec Nelson Monfort au cours duquel le journaliste sportif polyglotte lui aurait fait part des théories alors dominantes à l'Élysée selon lesquelles, "outre le fait que l'homme africain n'était pas assez entré dans l'histoire, le football tunisien n'était pas assez entré dans la coupe du monde".

Le football tunisien qui a abattu Ben Ali
CC Flickr - Tab59

En effet, l'équipe nationale tunisienne venait alors de subir face au Mozambique une cuisante défaite qui la privait d'une place au Mondial 2010. Les stratèges du Quai d'Orsay voyaient dans cet échec les premiers vacillements du socle sur lequel reposait la démocratie tunisienne : alors que la population tunisienne n'avait déjà plus que peu de pain, on la privait aussi de jeux.

Mais ce n'était là que le début d'une longue chute. L'année suivante, l'équipe tunisienne de rugby à XV oblitérait quasiment toutes ses chances de se qualifier pour la coupe du monde de 2011, plongeant dans la consternation ses 22 supporters-joueurs.

Alors que des troubles commençaient à éclater la semaine dernière, le président Ben Ali ne pouvait plus compter que sur deux jeux de balle susceptibles de calmer la population. La version locale de la balle au prisonnier, appelée en Tunisie "balle au manifestant", qui se joue avec des balles de 9 mm, et le handball.

Malgré les résultats encourageants de l’équipe nationale, la première de ces disciplines, mal comprise, n'a pas su ramener la population au calme. Tout se jouait donc aujourd'hui en Suède puisque l'équipe nationale tunisienne de handball devait rencontrer pour son premier match du Mondial 2011, l'équipe de France.

Soucieux de préserver ses relations étroites et privilégiées avec la démocratie tunisienne, le gouvernement français avait décidé d'agir. C'est pour cela que Chantal Jouanno, ministre des Sports, avait rencontré ce matin l'équipe de France de handball. Selon des sources bien désinformées, la ministre karatéka aurait menacé les joueurs français de donner sa démission et de céder sa place à Roselyne Bachelot qui viendrait les féliciter, nue, sous la douche après le match s'ils gagnaient la rencontre. Des propos qui n'ont de toute évidence pas impressionné les handballeurs français qui avaient bénéficié d’une préparation mentale particulièrement efficace dans les semaines précédentes et avait déjà eu à subir les assauts de la passionaria des aidants sexuels lors de leurs victoires aux Jeux Olympiques, au dernier Mondial et au championnat d'Europe.

La rencontre s'achevait donc sur un score sans appel de 32 à 19 en faveur de l'équipe de France à 19h30. Aussitôt le match terminé, le président Ben Ali quittait la Tunisie. Il est bien difficile de ne pas faire le lien. C'est avec impatience que l'on attend maintenant l'analyse de fond qui sera faite dimanche en fin d'après-midi dans l'émission Stade 2.

#Tunisie | #Ben Ali | #football | #Wikileaks | #Nelson Monfort

 

Correspondant en Médoc

lire tous ses billets

 

précédent : 14-01-2011

Grève d'abonnés à la SNCF : la ministre des Transports dénonce les preneurs d'otages

suivant : 15-01-2011

Astrologie : le Serpentaire, nouveau signe de l'horoscope, inventé pour honorer Jacques Chirac

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales