Désinformations.com

Vives tensions entre la France et l'Allemagne après l'agression de Nicolas Karabatic

correspondance du Médoc
publié le 19-01-2011

C'est aux alentours de la cinquantième minute du match Allemagne-France du Mondial de handball qu'a eu lieu l'horrible agression. Alors qu'il venait de bondir pour effectuer un tir, le handballeur français Nicolas Karabatic a été violemment jeté à terre par un défenseur allemand. Alors qu'en Suède le banc français se levait pour réclamer un carton rouge, à l'Élysée, le sang de notre présidentissime ne faisait qu'un tour : "Qu'est-ce qu'ils ont ces Allemands à m'agresser mon modèle d'intégration après qu'ils m'ont volé l'Alsace !" L'ire présidentielle atteignit rapidement des sommets lorsque l'entraîneur allemand commença à provoquer les Français. "C'est pas possib' qu'on laissât faire des injustices pareilles comme ça qu'ils font !" hurlait alors notre trépignant présidentissime, debout sur son sofa.

Handball : la relève s'entraîne pour combattre les chevaliers teutoniques

Dans la minute suivante, le cardinal Guaino était dépêché à l'ambassade d’Allemagne pour remettre en main propre une lettre de convocation à l'ambassadeur germain. Dans le même temps, le cardinal Guéant veillait aux rassemblement des collaborateurs éventuellement concernés par ces événements précipités : Alain Juppé, ministre de la défense et des libérations d'’otages sanglantes, Michèle Alliot-Marie, ministre des affaires étranges et du savoir-faire français en matière de gestion des foules, Michel Mercier, ministre de la justice aux ordres et Chantal Jouanno, ministre karateka.

L'entretien avec l'ambassadeur allemand fut de courte durée et monopolisé par Nicolas Sarkozy qui n'hésita pas à dire au représentant des forces germaniques le fond de sa pensée : "je supporterai pas plus que vous égorgez nos fils et nos compagnes et que vous poussez mes handballeurs ! Vous m'avez déjà tué mon Guy Môquet que j'avais et vous m'avez volé l'Alsace que c'était en plus la dernière région de l'UMP !" Son excellence Ernst Gutwahl préféra couper court à l'entretien pour contacter d'urgence Angela Merkel.

Ni la large victoire de l'équipe de France de handball, ni un coup de téléphone de la chancelière à l'Élysée ne suffit pas à apaiser la tension, la chef de gouvernement allemande se refusant à faire des excuses publiques en direct sur la chaîne de télévision franco-allemande Arte.

La situation est à l'heure actuelle toujours aussi tendue. Chantal Jouanno vient de rejoindre la Suède où elle doit proposer à l'entraîneur de l’équipe de France, Gérard Onesta, l'aide des CRS dans l'éventualité où la France devrait rencontrer à nouveau l'Allemagne au deuxième tour. Une solution qui ne semble pas satisfaire l'entraîneur français qui a déjà eu vent de cette proposition suite à un appel du Quai d'Orsay et qui déclare : "Je crains que cela n'encombre nos six mètres".

Quant à Michel Mercier, il étudie actuellement avec ses collaborateurs la possibilité de rédiger une proposition de loi sur "l'agression de handballeurs français d'origine serbe devant la zone adverse".

François Fillon devrait intervenir ce soir pour annoncer officiellement que cette affaire n'est en rien une diversion visant à faire oublier la gestion catastrophique par le gouvernement de la crise tunisienne.

Alors que le monde retient son souffle, on attend avec impatience l'intervention du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, qui a accepté de jouer les médiateurs dans cette affaire. En attendant que le conflit soit réglé diplomatiquement, des casques bleus dépêchés dans le cadre de la FIH (Force d’Interposition Handballesque) arriveront dès ce soir en Suède, prêts à établir un cordon de sécurité en milieu de terrain, toujours dans l'éventualité d'une nouvelle confrontation en la France et l'Allemagne au second tour.

Voilà qui augure d'un Mondial exceptionnel.

#handball | #France | #Allemagne | #Karabatic

 

Correspondant en Médoc

lire tous ses billets

 

précédent : 19-01-2011

Clonage de mammouth : Claude Allègre dénonce une supercherie

suivant : 19-01-2011

Le contrôle fiscal d'Albert Uderzo aurait été piloté par l'Elysée

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales