Désinformations.com

Patrick Ollier défend sa compagne MAM et réclame sa part dans le scandale des jets privés

du Rédacteur Suprême
publié le 07-02-2011

Ministre des relations avec le parlement, Patrick Ollier est un homme politique dont la notoriété principale vient de son alliance à la ville avec Michèle Alliot-Marie, ministre des affaires étranges et, surtout, membre de tous les gouvernements sans discontinuer depuis mai 2002. C'est à la fois au nom de leur union à la ville et au titre de la solidarité gouvernementale que Patrick Ollier, dit POM, défend MAM contre le lynchage médiatique dont elle est victime depuis qu'elle a passé ses vacances en Tunisie : "j'occupe moi-même un poste important dans le gouvernement Fillon et à ce titre je peux vous assurer que je n'aurais pas accompagné Michèle lors de ses déplacements en jet privé s'il y avait le moindre soupçon à porter sur cette pratique", garantit POM à notre stagiaire bien désinformée Charlotte Dubonchoix. "Choqué" par les attaques qui ciblent MAM, POM réclame sa part dans le "supposé scandale".

POM et MAM en pleine préparation de leurs vacances de Noël
CC Flickr - michelbarnier

Hormis François Fillon qui a "renouvelé sa confiance à Michèle Alliot-Marie" et Nicolas Sarkozy qui a gardé le silence, Patrick Ollier est le premier homme politique d'envergure nationale a défendre clairement les voyages en jet privé de sa compagne. Une prise de position courageuse alors que certains, jusque dans l'UMP, n'ont pas hésité à jeter le trouble, telle Nadine Morano qui a déclaré qu'elle "n'aurait pas fait comme ça" - sans préciser toutefois ce qu'elle aurait fait, ce qui prouve bien selon POM que la question est complexe – et Brice Hortefeux qui s'interrogeait récemment auprès de sources bien désinformées sur la tolérance que l'on peut afficher : "parce que un ministre dans l'avion privé d'un ami auvergnat de Ben Ali ça va encore, mais quand il y en a plusieurs ?...".

Face à toute cette "mauvaise foi ambiante" qui révèle selon lui "le climat délétère que l'on a hérité de décennies de laxisme socialo-communisme", Patrick Ollier s'énerve quelque peu et dénonce "des amalgames concernant des déplacements en avions sortis de leurs contextes". Il s'agace aussi que ce soit par le Canard enchaîné que cette "cabbale" soit arrivée : "je vous ferai remarquer que c'était aussi le Canard enchaîné qui avait sorti la prétendue affaire Woerth et que, malgré les pressions odieuses qu'il a subies, celui-ci n'a jamais démissionné", souligne l'époux de la ministre des affaires étranges.

Enfin, POM s'engage pour clarifier le débat sur les vacances des ministres : "oui, un ministre a le droit de prendre des vacances et de ne plus être obligé d'être ministre, c'est pour ça que nous avons des collaborateurs dans chaque ministère afin d'assurer la continuité de l'Etat", explique-t-il, avant d'ajouter que "la Tunisie ce n'est pas un pays étranger comme les autres, c'est une ancienne colonie pas encore totalement entrée dans l'Histoire, donc elle ne peut pas être traitée de la même manière qu'un pays normal par la Métropole et donc par le Quai d'Orsay qui dépend de Michèle".

Preuve supplémentaire qu'il n'y avait pas de conflit d'intérêt, sa présence personnelle lors des vacances de MAM : "qu'est-ce que vous voulez qu'on reproche à un ministre des relations avec le parlement en Tunisie ? Vous avez vu un parlement, là-bas ? Alors où est le problème ?"

POM conclut : "on a pris l'avion, ça n'a rien coûté aux contribuables français, alors ça suffit comme ça, que chacun retourne à son poste et travaille au redressement de la France et à la moralisation du capitalisme et le monde tournera mieux".

#Patrick Ollier | #POM | #Michèle Alliot-Marie | #MAM | #Tunisie | #jet privé

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 07-02-2011

Un nouveau système solaire découvert : le Sarkozus Solaris

suivant : 07-02-2011

Scandale du Superbowl : Nagui renonce à inviter Christina Aguilera

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales