Désinformations.com

Laurent Wauquiez veut imposer des heures de travail en contrepartie du RSA : dans les coulisses du brainstorming

du Rédacteur Suprême
publié le 09-05-2011

La mode est aux indiscrétions qui révèlent le verbatim des brainstormings des puissants de ce monde ingrat. Après les coulisses de la FFF sur la discrimination des joueurs de ballon non de souche, c'est aujourd'hui la réunion du groupe "Droite nationale et sociale" de Laurent Wauquiez qui fait le buzz. On apprenait en effet hier soir de la bouche même du ministre d'autre chose que son groupe compte déposer un projet de loi rendant obligatoires des heures de travail conditionnant le versement du RSA, afin d'en finir avec l'assistanat. Une proposition pleine de bon goût inspirée par Sushina Dubonchoix, conseillère spéciale du ministre en solution finale.

Le Puy-en-Velay, l'endroit idéal pour inspirer des décisions politique de souche
CC Flickr - Sylvain Naudin

Ce brainstorming se déroulait hier en début d'après-midi, au Puy-en-Velay, le fief du ministre, célèbre pour sa cathédrale devant laquelle notre présidentissime, Nicolas Sarkozy, avait révélé son intention d'un grand débat sur la laïcité. La feuille de route de cette réunion où se rassemblait la fine fleur de l'UMP, sous-groupe "Droite nationale et sociale", était d'une grande simplicité : comment faire un nouveau cadeau au patronat à l'approche de 2012, tout en contribuant à monter encore un peu plus les Français les uns contre les autres ?

Après une heure morose à se répéter en boucle qu'on avait "déjà tout fait", les participants ont eu l'illumination quand Sushina Dubonchoix a soudain lancé l'idée géniale du jour : "et si on faisait travailler les chômeurs gratos en les traitant de branleurs assistés ?"

S'en est suivi un profond débat d'idées décomplexées, même si certains conseillers du ministre ont d'abord résisté à cette proposition, en évoquant la possibilité "que les médias n'y voient un retour du travail forcé". Une objection que Sushina Dubonchoix a elle-même balayée : "les médias et donc le peuple goberont ce qu'on leur donnera à manger, sinon on n'aura qu'à supprimer les aides à la presse, ils feront moins les malins". Une intervention approuvée par Laurent Wauquiez pour qui la proposition de sa conseillère en solution finale va dans le bon sens : "c'est vrai que les gens qui ont des petits salaires ils en ont marre de voir les chômeurs assistés professionnels qui gagnent beaucoup plus qu'eux, même ceux ne sont pas de souche, alors évidemment ils votent Front National".

La proposition Dubonchoix permet aussi de mettre tous les assistés sociaux sur un plan d'égalité, "dans le respect des valeurs de la Patrie des Droits de l'Homme", comme s'est est félicité Laurent Wauquiez, évoquant un parallèle avec "les allocations familiales qui sont versées en contrepartie de la scolarisation des enfants des assistés". D'où la conclusion du chef du groupe "Droite nationale et sociale" : "l'assistanat c'est le cancer de la société française".

Outre ce signal fort envoyé à l'électorat FN, Laurent Wauquiez, en fin politique, n'oublie pas de ratisser l'aile gauche de l'UMP : "je tiens à rassurer le Medef, les patrons n'auront pas à payer pour les heures de travail des bénéficiaires du RSA, puisque ceux-ci sont déjà payés par les impôts des gens". Une exonération des charges sociales non dues sera néanmoins proposée pour donner des gages supplémentaires aux gauchistes du Medef et continuer de justifier la baisse des petits salaires des Français non assistés qui se lèvent tôt pour travailler plus avant de gagner moins quand ils seront tous au RSA.

#Laurent Wauquiez | #brainstorming | #Medef | #UMP | #Droite sociale

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 09-05-2011

Jean Tigana sortait des quotas FFF et sera expulsé au Mali

suivant : 09-05-2011

Christine Lagarde remplacera DSK au FMI et prévient qu'elle stoppera la dérive du budget de la France

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales