Désinformations.com

Affaire DSK : le complot russe révélé

correspondance du Microcosme
publié le 19-05-2011

New York - Diverses thèses du complot dans l'affaire DSK faisaient leur chemin en France. Nous avons mené notre propre enquête et notre équipe CSI Miami vient de remettre ses conclusions à notre Rédacteur Suprême  : l'inculpation pour tentative de viol de Dominique Strauss-Kahn est bien un coup monté afin de pousser DSK à la démission et empêcher Medvedev de se présenter à l'élection présidentielle de 2012. En consultant le journal d'une femme de chambre, Hector Dubonchoix note que la plaignante est une immigrée clandestine, donc manipulable, et faute d'être de souche, a eu un enfant "à l'âge de 17 ans, ce qui n'est pas conforme à nos moeurs... mais fait immédiatement penser à une manipulation de type soviétique" et la rend très vulnérable aux sollicitations diverses. Or Vladimir Poutne est l'ancien directeur du KGB.

Dmitri Medvedev en plein complot
CC Flickr - World Economic Forum

Hector Dubonchoix, en charge de l'enquête spéciale que nous avons diligentée à New York, a pu rencontrer l'ancien patron du FMI, dans sa cellule de la prison de Rikers Island. "DSK est sorti nu de sa suite incarcérale alors que les gardiens m'avaient assuré qu'il était encore dans les douches", rapporte Hector Dubonchoix. DSK se serait alors jeté sur Hector Dubonchoix et lui aurait pris la main : "la Porsche n'était pas la mienne, H., elle est la voiture de fonction de Ramzi Khiroun, mon conseiller spécial en communication", lui a-t-il alors confié, demandant "pourquoi m'enfermer pour si peu ? Je n'ai même pas commis d'excès de vitesse... en tout cas, il n'y avait pas de panneau radar..."

Entièrement disculpé par cette révélation aux yeux de notre enquêteur, lequel sent quand un homme ment ou pas, Hector Dubonchoix a naturellement poursuivi son enquête jusqu'à Moscou. Nous avons reçu un appel étrange de la part de notre enquêteur spécial le 14 mai 2011 à 16h42 (heure locale) : "Attention, il faut être très vigilant, on peut être sur écoute téléphonique", nous a-t-il chuchoté, ignorant visiblement que on peut toujours monter le son d'un enregistrement, "j'ai la preuve formelle que Vladimir Poutine, en concurrence avec Medvedev pour l'élection présidentielle russe, est l'allié de la Chine pour pousser DSK à la démission du FMI avant d'annoncer sa victoire à la présidentielle de 2012 en France".

En effet, DSK, une fois nommé président de la République, entendait entièrement privatiser le parc nucléaire français "qui présente les conditions de sécurité et de concurrence parfaite pour provoquer une chute massive des prix de l'électricité", écrit-il dans un rapport du FMI (FRG-25-KT1 du 25 avril 2010). La mise en difficulté du gaz russe aurait alors affolé les magnats du secteur. Alerté, Total a immédiatement demandé à être reçu par le présidentissime Nicolas Sarkozy : "mais c'est pas croyab' ça... vous voulez tous que je perd' en 2012 et maintenant qu'il faut que je sauve le gaz russe... j'vais vous dire, moi, qu'est-ce que je vais que je fais...", martèle alors le présidentissime, "j'vais vendre des rafales à Medvedev qu'il m'achètera quand qu'il sera renommé président comme moi".

La phrase de trop. Celle qui enclenche l'opération "DSK room 2806" : de sources bien désinformées, les autorités chinoises font alors augmenter les doses de gingembre dans les sushis du directeur général du FMI menacée d'extradition par Claude Guéant, Ophélia est envoyée dans la suite de DSK avec pour mission de tout astiquer de fond en comble. La suite est connue de tous les médias...

#DSK | #Dominique Strauss-Kahn | #complot | #Dmitri Medvedev

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 19-05-2011

Pourquoi il ne fallait pas montrer les photos de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn

suivant : 19-05-2011

Affaire DSK : Roman Polanski tourne le premier épisode de Suite 2806

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales