Désinformations.com

Une semaine après l'élection de François Hollande, l'IDOF dresse un premier bilan de son action

du Rédacteur Suprême
publié le 13-05-2012

Le changement c'est maintenant, promettait le slogan du socialiste irresponsable élu par les Français non moins irresponsables dimanche 6 mai, et force est de constater qu'une semaine après, il n'y a pas eu beaucoup de changement. A commencer par le président de la République qui n'est toujours pas venu prendre les clefs de sa location à l'Elysée. C'est un bilan mitigé que dresse l'IDOF (Institut Désinformation et Opinion Francophone) de la première semaine de l'ère François Hollande, s'appuyant sur un sondage sorti de rien réalisé auprès d'inconnus bien désinformés.

Le message était pourtant clair : c'est maintenant !

85% des sondés ont répondu "bah rien" à la question : "trouvez-vous que quelque chose a changé depuis l'élection du socialiste irresponsable François Hollande à l'Elysée ?" Ce score très élevé est, selon Alain Dubonchoix, politologue bien désinformé de l'IDOF, "une alerte majeure que le nouveau pouvoir socialiste doit entendre avant qu'il ne soit trop tard". Le pourcentage des sondés qui considèrent que François Hollande n'a pas tenu sa promesse du "changement c'est maintenant" s'élève même à 113% auprès des sympathisants de l'UMP, et même 136% de ceux du Front de Gauche : "la déception est grande chez ceux qui souffrent de l'insuccès de la candidature de Nicolas Sarkozy", analyse Alain Dubonchoix.

L'IDOF a interrogé son panel pour préciser quelles sont les principales attentes déçues : première citation, pour 77% des panélistes toutes sensibilités confondues, "l'inaction de François Hollande dans la lutte contre le chômage", puis (66%) "l'inaction de François Hollande pour trouver une solution pérenne dans les négociations avec Angela Merkel sur le pacte de stabilité" et enfin (55%) "l'inaction de François Hollande pour engager une réelle politique de réforme des ronds-points de gauche". Dernière alerte, et non des moindres, la nomination d'un nouveau premier ministre en remplacement d'un certain François Fillon qui a donné sa démission cette semaine et qui n'a toujours pas pu donner ses dossiers à un successeur. Alain Dubonchoix considère cette situation comme "alarmante" et enjoint le président irresponsable à réagir pour ne pas tomber son le feu de critiques qui seraient dûment justifiées : "quand on a raillé pendant 5 ans le présidentissime pour son exercice trop personnel du pouvoir, on est en train d'envoyer un message particulièrement trouble aux citoyens en laissant vacant le poste du premier ministre".

Ces atermoiements se traduisent négativement dans les intentions de vote : si le deuxième tour des élections présidentielles avait lieu ce dimanche, Nicolas Sarkozy l'emporterait de justesse avec 50,5% des suffrages.

Selon les milieux bien désinformés, François Hollande devrait réagir avec fermeté dans les deux jours qui viennent en s'installant pas plus tard que mardi à l'Elysée et en nommant un premier ministre irresponsable mais, pour Alain Dubonchoix, cette réaction "tardive" ne corrigera pas la mauvaise image renvoyée par François Hollande : "les mots ont un sens, le changement c'est maintenant ça ne veut pas dire qu'il faut attendre la semaine prochaine, le slogan de campagne de François Hollande était donc faux". Un raisonnement malheureusement sans appel dont le président irresponsable fera bien de tenir compte pour éviter le naufrage politique.

#François Hollande | #IDOF | #Alain Dubonchoix | #le changement c'est maintenant | #Elysée

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 07-05-2012

Cérémonies du 8 mai 1970 : quelle place pour François Hollande ?

suivant : 15-05-2012

Dieu frappe l'avion de François Hollande d'une foudre préventive

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales