Désinformations.com

Election du Pape : des primaires organisées au printemps

correspondance du Microcosme
publié le 12-02-2013

Le pape Benoît XVI a annoncé lundi 11 février, à la surprise du monde entier, y compris musulman terroriste, qu'il renoncerait à sa fonction le 28 février, au motif qu'il n'a plus "les forces" de diriger l'Eglise en raison de son "âge avancé", 85 ans selon les organisateurs. Commencera alors ainsi la période de "sede vacante" (siège vacant) jusqu'à la désignation d'un nouveau pontife, d'ici Pâques. Comment va se dérouler l'élection à venir ? La tradition veut que les cardinaux soient convoqués au Vatican, tenus de s'y rendre dans les quinze à vingt jours (art. 37 de la constitution apostolique Universi Dominici Gregis sur la vacance du siège apostolique et l'élection du pontife romain). Mais cet article quelque peu comminatoire est au coeur d'une bataille politique ecclésiale.

La place Saint Pierre, Rome
CC Flickr - Eric-P

L'aile gauche du conclave, baptisée "Pour un Conclave Fraternel" (PCF), réclame "l'instauration d'un débat en amont de l'élection du pape pour que chaque Cardinal puisse choisir en son âme et conscience", indique le père Albert Dubonchoix, porte-parole du PCF. En effet, durant la vacance du Siège apostolique, le gouvernement de l'Eglise est confié au collège des cardinaux, qui sont légitimes à prendre goût à l'expérience pontificale et peuvent sentir quelque vocation les saisir.

L'idée de primaires fait donc son chemin. A la croisée de chemins, la dernière intervention de Benoît XVI fut un coup politique magistral : "vous voulez des primaires ? Vous les aurez ! Vous voulez le non-cumul des mandats ? Vous l'aurez !" a-t-il lâché devant un parterre de cardinaux en joie. Ainsi, lors d'une congrégation générale et la réunion des secrétaires de chapelle, l'ensemble des cardinaux ont adopté la motion de synthèse, la main et les évangiles sur le coeur, modifiant les prescriptions de la constitution Universi Dominici Gregis (art. 12) comme suit : "le choix du Pape peut relever d'une investiture majoritaire des militants à jour de cotisation". Petite phrase, grande conséquence, qui fait des grincheux parmi les conservateurs : "Pfff... va falloir organiser des réunions de chapelle..." soupire Dominico Buenascelata, prêtre volontaire, "puis réunir une congrégation pour décider du jour et de l'heure du début des opérations de vote, imprimer des bulletins de vote, prendre les dispositions nécessaires à l'aménagement de la chapelle Sixtine où se déroulera le vote, prendre les dispositions nécessaires au logement des cardinaux, et de leurs infirmiers comme de leurs enfants de choeurs accompagnateurs". Les observateurs s'attendent donc à des primaires très riches en contenu : le cardinal coréen pourrait faire valoir une politique du "gangnam nucléaire" assumée, tandis que le candidat africain porterait la nostalgie d'un monde où "dans le fond certaines choses étaient positives". On attend aussi beaucoup du candidat de souche pour sa défense de l'approche des enfants et leur initiation à la vie "telle que Dieu m'a dit la vouloir".

Suite à la tragédie qui a déchiré l'UMP, le Conclave des cardinaux aurait décidé de renoncer à une coutume bien pratique. Originairement, les bulletins de vote étaient brûlés dans la chapelle Sixtine. L'aile écologiste du conclave avait déposé un amendement contre cette pratique au motif que "les fumées détérioraient les fresques de Michel-Ange". Aussi, depuis le congrès de Rome, ces bulletins sont brûlés dans un poêle dont la cheminée extérieure est visible de la place Saint-Pierre. Fumée blanche, c'est un garçon, fumée noire, ce n'est pas un garçon. Or depuis septembre 1978 et l'élection de Jean-Paul Ier, un produit chimique fumigène, noir ou blanc, est ajouté aux bulletins pour coloré la fumée. La décision de la marie de Paris, capitale de la fille aînée de l'Eglise, d'interdire tous les feux de cheminée urbains au motif que leurs émissions de CO2 équivalent à 2,5 millions de voitures, a redonné du poil de la bête aux écologistes ecclésiaux : un amendement complémentaire a été déposé pour supprimer ce produit chimique : "dorénavant, les résultats du vote seront tweetés, conformément à la volonté de modernité de l'Eglise, et à partir du compte Twitter @pontifex du Vatican".

Plus rien n'arrêtera le progrès.

#Benoît XVI | #pape | #démission | #Vatican | #Jean-Paul Ier | #1978 | #primaires | #pontifex

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 11-02-2013

Benoît XVI, un exemple pour tous les salariés, selon Laurence Parisot

suivant : 12-02-2013

Succession de Benoît XVI : l'hypothèse Sarkozy

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales