Désinformations.com

Baccalauréat 2013 : les élèves pourront traiter les sujets par SMS

correspondance du Microcosme
publié le 18-06-2013

Le marathon du baccalauréat 2013 est lancé et 665.000 élèves planchent du matin au soir dans le stress d'obtenir le précieux Sésame pour la file "diplômés du supérieur" à Pôle Emploi. Les nombreux détracteurs de ce diplôme, que Manuel Barroso qualifie avec sa clairvoyance habituelle de "réactionnaire", rappellent que la France n'est pas compétitive en matière d'examens. Pour preuve, le coût de l'opération est estimé à 1,4 milliard d'euros pour un résultat qualitativement très inférieur à celui de l'Allemagne qui, elle, dégage de confortables excédents commerciaux sur le marché des diplômes.

Passer le bac en 2013 : simple comme envoyer un SMS !
CC Flickr - *higetiger

Pour en finir avec cette gabegie, le Gouvernement irresponsable a décidé d'élargir le choc de simplification présidentiel au Bac : "dorénavant, conformément au pacte de compétitivité prôné par Louise Gallois, nous autorisons les candidats à plancher aux épreuves du baccalauréat par SMS, y compris à domicile", annonce Vincent Peillon, ministre irresponsable de l'Education.

La direction du budget, aussitôt saisie par sa hiérarchie irresponsable, a remis un mémoire détaillé au ministre irresponsable de l'économie, Pierre Moscovici : "si effectivement le SMS permettait d'économiser 1,4 miliard d'euros bruts par an, et ce de manière structurelle, il faut aussi tenir compte du coût des transmissions de SMS", précise Martin Dubonchoix, chef du bureau des comptes électroniques de la direction du budget, "nous proposons deux scenarii pour répondre aux interrogations politiques du Gouvernement : 1. Laisser à la charge de chaque candidat le coût des SMS, avec les risques d'inégalité devant l'épreuve lorsque l'élève dispose d'un forfait illimité ou d'un smartphone uniquement 3G ; 2. Que l'Etat prenne en charge l'intégralité du coût des SMS, avec un coût budgétaire non négligeable et qu'une commission, assortie de sous-comités aux tâches bien précises, devrait évaluer précisément : cela obligerait l'Etat à prendre un abonnement avec forfait SMS illimités très coûteux."

D'autres questions techniques se posent de manière légitime. Le SMS est-il adapté aux épreuves de géographie ou de dessin industriel ? Les correcteurs sauront-ils décrypter le langage des sauvageons candidats au Bac ? De manière plus politique, "nous nous demandons quel prestataire peut être retenu pour accompagner le baccalauréat ainsi modernisé", indique Fleur Pellerin, ministre de l'électronique irresponsable, "nous ne sommes pas certain que Orange puisse répondre aux critères éthiques de transparence que nous nous fixons, dans la mesure où son PDG est mis en examen et que nous attendons encore les résultats de son examen. Quant aux autres prestataires, certains ne seraient-ils pas tentés de favoriser les résultats de Neuilly sur Seine aux dépens du 9-3 ? La NASA écoutera-t-elle les réponses des bacheliers ? Les Chinois copieront-ils les innovations technologiques de nos élèves ?"

"La France avance donc sur le chemin de la modernité simplifiée", s'enthousiasme le Premier ministre irresponsable à nos micros, "elle saura surmonter les nombreux obstacles qui se dressent encore devant elles".

#baccalauréat 2013 | #SMS | #sujets du bac | #Manuel Barroso

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 17-06-2013

Sur Capital, François Hollande n'a pas convaincu au sujet de l'astronomie amateur seins nus

suivant : 19-06-2013

Resultats de l'Euromillions du 18 juin 2013 : la France a encore perdu

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales