Désinformations.com

Périphérique à 70 km/h : hausse de 75% des accidents mortels

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 20-01-2015

La baisse de la vitesse maximale sur le périphérique de 80 à 70 km/h est effective depuis un an et la préfecture en a dressé un bilan contrasté. Si les accidents dans leur ensemble ont baissé, les accidents mortels ont connu une hausse sensible, passant de 4 morts en 2013 à 7 en 2014, soit un quasi doublement. A l'aune de ce bilan inquiétant, la Mairie de Paris propose maintenant un objectif de limitation à 50 km/h sur le périphérique, comme dans Paris intra-muros et dans la partie urbanisée de l'extra-muros.

La mairie de Paris ne restera pas muette au sujet du périphérique
CC Wikimedia

La baisse de 80 à 70 km/h correspondait en théorie à une diminution de 12%. En comptant 3 morts par an par tranche de 12%, une réduction de 70 à 50 km/h (40%) entraînera mécaniquement un taux de 10 morts supplémentaires par an. Soit 17 morts par an, au lieu de 3 quand la vitesse était limitée à 80 km/h. Tout cela pour une baisse du niveau de bruit estimé à 2 dB.

Des conseillers écologistes à la Ville de Paris sont bien conscients du problème et proposent une solution plus radicale que la limitation à 50 km/h : transformer le boulevard périphérique en voie piétonne. Il y a en effet très peu d'accident mortels dans les rues piétonnes, et quasiment jamais d'embouteillage. Certes, le niveau de bruit reste élevé, mais supportable. On pourra installer un centre commercial circulaire, qui fera le tour de Paris, le long du Périph'. Les gens y feront leurs courses à pied. On y trouvera des boutiques de vêtements, des pharmacies, des bars, des fast-food, des bacs à fleurs, bref, tout ce qui fait le charme des rues piétonnes d'un centre-ville bien de chez nous, mais en périphérie, ce qui est moderne.

A noter enfin que, concernant le transit des camions, une voie de contournement qui ne passera pas par Paris sera construite. Des pourparlers sont en cours pour un tracé en Seine-Saint Denis et Val-de-Marne. Une enquête préliminaire a en effet démontré que les élus écologistes y ont moins d'influence qu'à Paris et que les riverains y sont moins soucieux de pollution sonore qu'à Paris intra-muros.

#périphérique | #Paris | #Seine Saint Denis | #Val de Marne

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 19-01-2015

Avant la BCE, des précisions sur les mesures quantitatives

suivant : 20-01-2015

Pénurie de vache qui rit : les humoristes menacent de faire grève

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales