Désinformations.com

Jacques Chirac s'apprête à faire appel à des conseillers cubains

correspondance de Guernesey
publié le 12-06-2003

Près d'un mois avant la Garden Party annuelle de l'Elysee, Desinformations.com est en mesure de révéler à ses lecteurs la teneur du discours d'orientation générale qui est traditionnellement prononcé à cette occasion. Agitation et activisme seront les maîtres mots de la politique élyséenne en 2003-2004. On y apprend notamment que l'Elysée envisage de faire venir en France les conseillers qui accompagnent Fidel Castro depuis sa prise de pouvoir à Cuba.

Les conseillers cubains de Chirac sont garés
CC Pixabay

"En 2003, nous avons initié une politique de réformes qui étaient devenues indispensables à l'avenir du pays : décrédibilisation de la diplomatie française, obstruction à toutes les décisions collégiales internationales, déstabilisation des organisations économiques mondiales, diversion de l'armée sur des théâtres d'opération aventureux en Afrique, agitation sociale interne soutenue : la France est mûre pour retrouver le chemin de son indépendance" peut-on lire dans le discours présidentiel.

"Cette marche révolutionnaire vers le grand soir des lendemains du grand jour est le fruit d'une préparation de longue haleine" explique Norton C.Ridewell, consultant politologue international. "La dissolution de 1997 qui a redonné le pouvoir à la gauche, puis la nomination d'un trotskiste à la tête du gouvernement et cinq années d'un gouvernement d'une stabilité exceptionnelle ont permis de fédérer toutes les cellules d'action sur le terrain en éliminant les grands partis immobilistes comme le PS ou le PC". Consécration de cette longue préparation : en 2002, Jacques Chirac élimine le premier ministre pour "déviance droitiste" et amène au second tour de l'élection présidentielle le candidat populiste officiel du gouvernement depuis 25 ans, qu'il bat sans difficulté, "mobilisant en sa faveur le vote de toute la petite bourgeoisie, de gauche comme de droite. Les libéraux et les nationalistes en sont pour leur frais" selon l'analyse du politologue distingué.

"La voie est libre" se réjouit-on au siège de la LCR, où l'on se dit "prêt à passer à l'action". "On n'attend plus que le dernier signal de l'Elysée" nous indique, joyeux, un militant cagoulé qui a préféré garder l'anonymat et son gilet pare-balles pour l'interview. "Dès l'arrivée des conseillers de Fidel Castro, nos hommes prendront possession des points névralgiques : Matignon, TF1 et le siège des Echos devront être rapidement neutralisés".

A l'Elysee, un proche du président confirme que "tout est prêt : le premier ministre est englué dans des discussions syndicales inhibantes et les propos des ministres intellectuels sont étroitement surveillés par leurs collègues" faisant allusion à l'encadrement serré dont Luc Ferry fait désormais l'objet. En privé, Jacques Chirac "se félicite" du sort de Jean-Pierre Raffarin qui paraît désormais scellé : "il est en train de sombrer sur une réforme proposée par la gauche elle-même. Il ne s'en relèvera pas : le Poitou est à nous et avec lui, la route du Grand Ouest" se réjouit-il officieusement.

"Après avoir rompu les chaînes de l'intermondialisation, la France va enfin pouvoir vivre de nouveau en harmonie avec ses propres idéaux, ceux de 1793" conclut le discours présidentiel du 14 juillet.

Le grand Charles a eu son mai 68 ; gageons que 35 ans après, "Le Chi", comme on l'appelle déjà affectueusement à Evian dans les Cellules Locales d'Action Directe (CLAD), a mis toutes les chances de son côté pour terminer son mandat dans une véritable guerre civile.

#Jacques Chirac | #Cuba | #cubain | #Fidel Castro

 

Correspondant à Guernesey

lire tous ses billets

 

précédent : 12-06-2003

Un écarteur anal pour les partenaires sociaux

suivant : 15-06-2003

Nice People : après le départ d'Eleanor, Serena fait son coming-out

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales