Désinformations.com

Manuel d'auto défense contre le harcèlement en ligne

Le livre qui apprend à #dompterlestrolls

du Rédacteur Suprême
publié le 08-02-2019

Il ne reste plus qu'une dizaine de jours à attendre pour que le grand public puisse profiter, enfin, de la lecture du «Manuel d'auto défense contre le harcèlement en ligne», publié le 20 février par Stéphanie de Vanssay, aux éditions Dunod. Bien entendu, Maître Roger, premier de cordée des Internets, a reçu son exemplaire en avant-première, ce qui lui avait permis de préparer l'interview de l'autrice que nos lecteurs reliront avec délices pour tromper l'ennui dans l'impatience bien légitime de pouvoir enfin tenir en main ce qui est promis à devenir le petit livre jaune indispensable à tout internaute s'aventurant dans les réseaux dits sociaux. Un livre dont on ne saurait trop recommander la lecture, y compris à certain animateur de réunions qui prône l'anonymat sur les plateformes.

Achetez #Domptezlestrolls

Sous la bannière du hashtag fédérateur #dompterLesTrolls, Stéphanie de Vanssay pose les questions universelles sur les trolls : qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quels sont leurs réseaux ? Que nous apprennent-ils sur nous ?

En véritable taxidermiste du troll de combat, celui qui semble ne plus vivre pour autre chose que harceler celui ou celle qu'il a pris en grippe 2.0, Stéphanie nous dresse le portrait de cette nouvelle espèce du vivant qu'ont créé la distance numérique et le confort des réseaux sociaux.

L'autrice observe le troll dans son milieu naturel. Il nous renvoie allègrement à la figure nos pires travers, il exploite la plus infime de nos faiblesses ou micro-erreur, il nous fait peur, il excite notre colère et il peut devenir une véritable source d'obsession dans notre vraie vie.

Certes le harcèlement existait bien avant les réseaux dits sociaux, les lettres anonymes aussi, les campagnes de presse dégueulasses aussi, sans oublier le comptoir du café du commerce où se déversaient bêtise et haine. Les cons aussi, existaient.

Certes mais il faut bien admettre, preuves à l'appui, que les réseaux dits sociaux ont offert aux trolls l'espace idéal d'épanouissement de leurs perversions. Un écrin 2.0 pour les cons de qualité.

Forte de son expérience personnelle des trolls, Stéphanie de Vanssay a écrit son livre durant un an, sacrifiant les longs week-ends où elle aurait dû se reposer de son travail de «pédagodiche», présumé non harassant par les gens (et donc encore plus les trolls). Mais ce qui aurait pu n'être qu'un livre de témoignage à l'intérêt thérapeutique pour l'autrice prend une dimension salutaire car elle appelle à témoigner d'autres cibles du harcèlement en ligne ordinaire.

Les trolls, ce ne sont pas seulement ceux de Stéphanie Vanssay mais ceux de tout le monde. Chacun de nous peut se réveiller un matin avec un shitstorm de mentions sur son smartphone et devenir la cible éternelle de quelques excités du clavier.

Au début c'est peut-être bon enfant dans la tête du troll, ça se veut drôle, deuxième degré et même au-delà, ça pourrait être de l'ironie mal comprise, ça pourrait être une critique utile si ça ne paraissait juste méchant, ça pourrait être bien vécu si ça ne remuait pas quelque chose au fond de nous (et c'est bien cela le plus grand danger du harcèlement en ligne et la faiblesse que cherchent les trolls de niveau olympique).

Ils pourraient juste fermer leurs gueules et lire autre chose mais non, les trolls s'infligent la punition éternelle de lire et donc critiquer ad nauseam leurs victimes. On pourrait les plaindre si on n'avait de plus nobles causes à défendre.

Ce sont tous ces processus que théorise avec pédagogie Stéphanie et qu'elle illustre des témoignages d'autres harcelés dont on attend avec impatience leurs futures interviews par Maître Roger (y compris Sophie Gourion, qui a déjà franchi le Rubicon en répondant à ses brillantes questions en 2015, et pourrait répondre à une nouvelle interview «quatre ans après»).

De cet ensemble, Stéphanie de Vanssay dégage autant de raisons de s'occuper de ses trolls que de les ignorer, et offre à ses lecteurs des clefs pour mieux vivre leur vie virtuelle, à commencer par les techniques de réponses aux trolls ainsi que d'auto-analyse des effets que les trolls provoquent en nous.

Lisez ce livre non seulement pour ces techniques de communication, dont les rappels sont toujours utiles, mais surtout pour vous-mêmes. Ne perdez pas de vue le titre, « manuel d'auto défense». Ce livre parle de vous, à commencer par l'exergue de Nietzsche, «quand ton regard pénètre longtemps au fond d'un abîme, l'abîme, lui aussi, pénètre en toi». Plusieurs fois Stéphanie de Vanssay répète dans son livre que nous ne devons pas perdre de vue pourquoi nous nous sommes donné une vie en ligne.

Nous nous sommes tous inscrits sur Facebook ou Twitter avec une idée, une raison. Et cela nous tenait encore plus à coeur si nous avons créé un blog. Nous nous sommes forgé une identité, sous notre vrai nom ou un autre, parfois même plusieurs, successivement ou simultanément. Avec un ou des objectifs, en bénéficiant des Internets et de leur exceptionnel espace de liberté d'expression et d'une portée de nos publications sans égale à ce jour.

N'oublions jamais pourquoi nous nous exprimons sur les Internets. Ne laissons pas polluer cette raison d'être par les dégueulis de haine. Même les trolls ne sont pas venus là juste pour emmerder ceux qui ne pensent ou ni vivent pas comme eux, et ils seraient donc bien inspirés de se rappeler qu'ils avaient une autre raison d'être que de harceler autrui.

Ce sont ces questions fondamentales que l'on retiendra de ce livre dont la lecture devrait être imposée avant toute inscription à un réseau dit social, ce serait bien plus utile que d'imposer un contrôle d'identité à l'entrée comme pour prendre l'avion.

Merci donc à Stéphanie et ses témoins pour cet apport essentiel à l'humaine condition des internautes. Et n'oublions pas de prolonger le plaisir avec le blog compagnon, dompterlestrolls.fr.

 

Commandez Manuel d'auto défense contre le harcèlement en ligne

 

#Stéphanie de Vanssay | #troll | #Sophie Gourion

le billet d'avant, le 07-02-2019

Desinformations.com est contrôlé par les Illuminati, selon un sondage de l'IDOF

le billet d'après, le 20-02-2019

Alexandre Benalla avait visité le chantier de la prison de la Santé pour choisir sa cellule

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales