Désinformations.com

Manuel Valls en détresse à Barcelone où il s'est installé sans son écarteur anal

du Rédacteur Suprême
publié le 03-04-2019

La situation sanitaire et psychologique de l'ex-premier ministre suscite une vive inquiétude au Quai d'Orsay où l'on n'exclut pas de devoir procéder au rapatriement d'un citoyen français «en détresse». C'est en effet un Manuel Valls exsangue, dont la démarche témoigne à l'évidence des souffrances endurées, qui erre ces derniers jours dans les rues de Barcelone, à la recherche d'éventuels électeurs, alors qu'il tutoie la dernière place dans les sondages d'intentions de vote aux élections municipales. Un dossier sensible dont va devoir se saisir la nouvelle secrétaire d'Etat aux affaires européennes, Amélie de Montchalin.

Barcelone, une ville impitoyable

crédit : Pixabay

«Il vaut peut-être mieux rapatrier Manuel vivant tant qu'il est encore temps», analysait la nouvelle secrétaire d'Etat face à son entourage lors d'une première réunion de cadrage. Le candidat paneuropéen serait d'ailleurs à l'agonie, «il y a urgence, n'oublions pas qu'il peut encore servir ici», a-t-elle insisté face à des experts sceptiques.

En effet, les maux dont souffre Manuel Valls dans la capitale de la Catalogne nécessitent «prudence et doigté», diagnostique le docteur Diafoirus Dubonchoix, le proctologue des célébrités et des politiques. Imprudemment, le candidat le plus à droite du PS aux élections primaires de 2011 est parti s'installer sans emporter son écarteur anal.

«Il comptait apparemment sur les écarteurs locaux», estime le docteur Dubonchoix, «mais les normes espagnoles de l'écarteur anal ne sont pas au niveau» en comparaison des normes strictes en vigueur en France, l'Europe n'ayant jamais publié de directive pour une approche «standardisée par le haut» de l'écarteur anal.

«Est-ce qu'il est déjà trop tard pour le fondement de Manuel Valls ?», demandera ce soir Amélie de Montchalin lors d'une ultime réunion dite «de décision». Il faudra choisir soit d'envoyer une équipe d'experts pour confectionner un écarteur anal «sur mesure» tenant compte des derniers traumas subis, soit le retour sanitaire d'office de l'impétrant pour recevoir des soins appropriés à l'ampleur de la déroute anale constatée.

Selon nos sources catalanes bien désinformées, Manuel Valls serait prêt à «rester jusqu'au bout de l'effort», une virile affirmation qui ne présume pas, hélas, de la capacité de résistance ultime de son intimité. «Ce n'est pas au patient de prendre les décisions en de telles circonstances», conclut Diafoirus Dubonchoix qui plaidera pour le rapatriement ce soir lors de la réunion de décision.

 

#Manuel Valls | #Barcelone | #écarteur anal

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

le billet d'avant, le 01-04-2019

Poisson d'avril : les anti-spécistes protestent

le billet d'après, le 08-04-2019

Progressisme et enculage de mouches : les 5 différences

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2019 | à propos des cookies | mentions légales