Désinformations.com

Un référendum déterminera comment occuper les professeurs qui travailleront plus

du Rédacteur Suprême
publié le 01-03-2012

Le candidatissime Nicolas Sarkozy a repris ses chevaux de bataille du travailler plus pour gagner plus et de la diminution du nombre de fonctionnaires. Brillante synthèse, donc, de deux mesures phares qui lui avaient permis de gagner les élections il y a 5 ans, mesures qu'il remet logiquement sur le devant la campagne cette année. Première cible, naturelle, du "travailler plus" mode printemps-été 2012 : le corps enseignant irresponsable. Après plus d'un siècle de fainéantise organisée dès les premières lois de Jules Ferry, le candidatissime a décidé que les profs qui travaillent 18 heures par semaine "c'est fini". Reste néanmoins à trouver comment occuper des fonctionnaires qui n'ont jamais travaillé et ne présentent pas de compétences remarquables hormis l'enseignement de leur matière. Des référendums permettront de trancher cette question.

Que faire des profs qui ne savent que faire lire la Princesse de Clèves à nos enfants ?

C'est en marge de son déplacement au pôle emploi de Florange ouvert dans les locaux d'Arcelor Mittal que le candidatissime Nicolas Sarkozy a révélé son projet pour les profs, expliquant en premier lieu le contexte : "non mais vous imaginez ça vous ? Que ces gens majoritairement irresponsables de gauche qu'ont leur confie nos gosses ils travaillent moitié moins que vous quand vous avez un boulot ?", s'indignait le candidatissime, inquiet d'une "tradition de rien faire qu'elle remonte à Jules Ferry". Un problème "si tellement qu'il est profond" que les 5 années du premier mandat n'ont pas été suffisantes pour permettre aux profs de retrouver "une cadence de travail qu'elle serait normale".

Au-delà de ce nombre d'heure de travail des professeurs se pose aussi celui de leurs compétences qui ne favorisent pas "la polyvalence et la flexibilité que c'est qu'il faut au XXIème siècle qu'on vit". Une réflexion illustrée par le candidatissime par un définitif : "qu'est-ce que vous voulez qu'un prof qu'il a passé sa vie à faire lire la Princesse de Clèves aux enfants il fera d'utile pour la société moderne ?" provoquant force rires gras des militants UMP arrivés par cars entiers de toute la Lorraine pour applaudir Nicolas Sarkozy au bar des sportifs de Florange réouvert pour l'occasion.

Sur un sujet aussi sensible, et comme pour d'autres problématiques sociétales profondes, le candidatissime Nicolas Sarkozy souhaite s'en remettre à la parole populaire : "moi je sais pas ce que quelqu'un qu'il sait que lire la Princesse de Clèves il saura faire alors je vais demander à les gens de voter". Les options gardiennage des établissements scolaires, surveillance des heures d'études ou encore formation des chômeurs de longue durée sont le plus souvent évoquées. Mais le prochain quinquennat du présidentissime sortant promet d'être créatif ou de ne pas être : "et pourquoi pas que les profs ils aideraient les jeunes à chercher un vrai boulot dès avant la fin de la 3ème, on pourrait localiser pôle emploi directement dans les collèges et les lycées, ça gagnerait du temps", imaginait-il face à un public subjugué par l'audace de sa pensée, "et puis comme ça les profs ils pourraient s'entraîner aussi à chercher un nouveau job !"

Un référendum unique pourrait donc se résumer à soumettre au peuple souverain la simple question : "Etes-vous pour ou contre la fusion de pôle emploi avec les collèges et les lycées, sous la gouvernance déterminée par le Medef ?" A moins que le peuple souverain n'en décide autrement dès les 22 avril et 6 mai prochains.

#référendum | #éducation nationale | #candidatissime | #Nicolas Sarkozy | #Jules Ferry | #Princesse de Clèves

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 01-03-2012

Florange : Arcelor Mittal nuance l'annonce de Nicolas Sarkozy d'une reprise par Google AdSense

suivant : 01-03-2012

Nicolas Sarkozy séquestré dans un café à Bayonne sera libéré par l'armée de Bachar El Assad

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales