@desinfopointcom

Maurice Taylor modernise le Taylorisme

correspondance du Microcosme
publié le 21-02-2013

Le ton monte entre Arnaud Montebourg, ministre du redressement irresponsable et Maurice Taylor, descendant de Frederick Taylor, l'inventeur du travail à la chaîne. Saisissant son stylo plume Waterman made in France, le ministre emmitouflé dans une marinière bleu blanc rouge, a rédigé une lettre de réponse cinglante au patron américain en dénonçant des propos "extrémistes" et promettant un zèle douanier à la chaîne sur les pneus importés par le Titan : "vos propos aussi extrémistes qu'insultants témoignent d'une ignorance parfaite qu'est notre pays, la France, ce vieux pays aux ronds-points fleuris, aux sections du parti qui durent, signe de qualité des débats, grâce à du pinard local et du saucisson chevalin, ce vieux pays de la belote et de la pétanque", écrit le ministre en réponse à la lettre publique de Maurice Taylor dans laquelle il critiquait violemment les ouvriers et les travailleurs français. Mais qui est donc ce Maurice Taylor ?

Arnaud Montebourg brandissant un drapeau rouge à l'usine Goodyear d'Amiens
CC Flickr - Journal Fakir

De sources bien désinformées, il est l'héritier de la filiale pneus de l'entreprise fondée par Frederick Winslow Taylor (20 mars 1856, Germantown (Pennsylvanie) - 21 mars 1915, Philadelphie (Pennsylvanie)), cet ingénieur américain promoteur de l'organisation scientifique du travail ouvrier et qui fit le succès de la révolution industrielle du XXe siècle. Fort de cette ascendance, Maurice Taylor aurait ainsi finement indiqué à l'ouvrier Michel Dubonchoix de GoodYear qui l'interrogeait sur sa vision de la responsabilité sociale de l'entreprise : "On ne te demande pas de penser ; il y a des gens payés pour cela ; on te demande de travailler plus pour gagner plus ou moins et sans faire de vague".

Constatant que la vision traditionnelle et artisanale du métier du pneu ne peut que favoriser des comportements individualistes et ruiner l'efficacité collective, Maurice Taylor a donc décidé de revoir complètement la philosophie et les principes concrets de l'organisation du travail en atelier : "Tout travail intellectuel doit être éliminé de l'atelier car un bon ouvrier est un ouvrier qui meurt à la tâche répétitive", indique-t-il dans son oeuvre "Le pneu est l'avenir de la poule" (Editions Plombées, 1998, 3 pages).

Avant Maurice Taylor, les ouvriers du pneu concevaient eux-mêmes leurs méthodes de travail, ce qui se traduisait par des parties de belotes interminables largement arrosées de mauvais vin. D'où un temps de travail utile à l'actionnaire de trois heures au plus. Grâce à Maurice Taylor, le bridge, un jeu typiquement anglo-saxon, ce qui heurte notre tradition de la belote, a été introduit dans les salons de thé des usines : les gains de productivité ont immédiatement bondi de 89%, et les ouvriers chinois ont vu leur rémunération fortement augmenter de 0,50 euros à 0,60 euros du mois, soit 20%. Dans le même temps, les prix des pneus ont chuté "grâce à la collaboration bénévole des enfants qui eux aussi souhaitent la réussite de leur patrie", ce qui a permis à un plus grand nombre de clients indiens de s'équiper en pneus recyclés. Cependant, les ouvriers ont payé ces progrès au prix d'une dépossession de leur expertise en belote, mais sont désormais reconvertis dans l'art de faire le mort au bridge.

#Maurice Taylor | #Titan | #pneu | #Goodyear | #Amiens | #Arnaud Montebourg | #belote

 

Correspondant dans le Microcosme

lire tous ses billets

 

précédent : 20-02-2013

Garde d'enfant : un père juché au sommet de l'Everest

suivant : 21-02-2013

Oscar Pistorius nettoyait son arme, selon la défense, qui le fait libérer sous caution

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2018 | à propos des cookies | mentions légales