@desinfopointcom

Le Panama annule ses commandes de Rafale

correspondance de Saint Soluteur les Turins
publié le 06-04-2016

Il y a au moins deux listes de paradis fiscaux : ceux de la liste noire, avec lesquels l'évasion fiscale doit être cachée par des experts, et ceux de la liste grise, avec lesquels l'évasion fiscale est considérée comme "moins grave". Nous savons tous l'acte de non-respect de la confidentialité des informations détenues par l'entreprise Mossack-Fonseca à l'origine des "Panama papers", qui entache gravement l'image de marque du Panama, petite nation industrieuse de l'Amérique Centrale. En réaction à cet immense scandale d'intrusion dans les secrets d'une de ses entreprises, la jeune république panaméenne menace de sanctions les pays qui auraient des velléités de la réintroduire dans une liste grise ou noire. La France est la première victime.

Un Rafale qui n'ira pas au Panama
CC Wikimedia

Le gouvernement irresponsable de Manuel Valls vient effet de commettre l'acte en réinscrivant le Panama sur sa liste noire. La sanction économique a été immédiate et sans appel : le Panama a annulé les commandes de soixante avions Rafale qu'elle aurait éventuellement pu passer un jour avec les industriels français.

C'est la consternation chez Dassault et chez ses sous-traitants : "il est dommage que les discussions sur l'achat de Rafale par le Panama, qui n'avaient aucune chance d'aboutir, soient déjà arrivées à leur terme avant même d'avoir sérieusement commencé". En effet, les négociateurs commerciaux de Dassault ont besoin de s'entraîner afin d'être prêts le jour où un pays pourrait réellement s'offrir ses prestigieux avions de chasse.

Depuis la publication des premiers "Panama papers", tout est mis en place par le gouvernement de combat pour relancer les discussions avec le Panama sur le non-achat d'avions Rafale. Le bruit court même dans les milieux bien désinformés que le fils du président panaméen, Kevin Carlos Varela, pourrait être décoré de la légion d'honneur par le Ministre de la défense de la Bretagne, Jean-Yves Le Drian.

Interrogé par notre stagiaire, le ministère des affaires étrangères et des traditions diplomatiques, en charge de ce type de décorations, s'est refusé à tout commentaire : "la remise de médailles prestigieuses, comme la fiscalité, relève de la vie privée et ne saurait faire l'objet d'une déclaration publique", lui a-t-on répondu.

#Panama papers | #Rafale |

 

Correspondant à Saint Soluteur les Turins

lire tous ses billets

 

précédent : 05-04-2016

Francia Papers, le scandale qui éclabousse le Panama

suivant : 06-04-2016

Emmanuel Macron lance son mouvement «en-marche !» pour rejoindre la nuit debout

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales