@desinfopointcom

Le CIO pourrait créer des épreuves spécifiques pour les athlètes dopés

du Rédacteur Suprême
publié le 02-09-1999

Après plusieurs mois de rumeurs, le CIO pourrait mettre fin à l'opprobre qui touchait les athlètes dopés. Son nouveau président, l'ancien champion français de saut à l'élastique Jean-Antoine Sadérange, laissait entendre la semaine dernière que la pérennité des grandes manifestations sportives devait passer par la prise en compte des différences de niveaux causés par le dopage.

Anneaux olympiques
CC Flickr - Joe Snack

Tous les athlètes n'ont pas les mêmes possibilités d'accès aux produits dopants. Ces inégalités nous amènent aujourd'hui à ces absurdes épreuves sportives à deux vitesses, les mieux dopés écrasant les athlètes moins bien ou pas du tout traités. Les spectateurs, comme les sponsors, se plaignent de cette situation.

La proposition que le CIO s'apprêterait à soumettre à la communauté sportive mondiale aurait l'avantage de la transparence. Avec ces nouvelles catégories, chaque sportif aurait les mêmes chances que ses concurrents au sein de sa catégorie. Au lieu de défavoriser l'intérêt des compétitions sportives, cette redéfinition de l'éthique sera à l'avantage à la fois de la performance et du spectacle.

Tout le monde sportif serait satisfait : les sportifs et leurs entraîneurs qui n'auraient plus à craindre l'opprobre, les sponsors qui pourront investir en toute connaissance de cause dans l'une ou l'autre des catégories, et les chaînes de télévisions qui pourront continuer de privilégier les côtés spectaculaires de la performance sportive.

Les grands gagnants seront enfin, bien entendu, les spectateurs et supporters qui sont en droit d'assister aux représentations sportives les plus impressionnantes, et aussi, ne l'oublions pas, plus nombreuses puisque, par définition, chaque épreuve sera doublée dès lors qu'une compétition pour athlètes dopés sera organisée.

Comme c'est trop souvent le cas lorsqu'un progrès radical s'impose à la société, certains esprits chagrins gâchent le fête en critiquant vertement la décision que le CIO va prendre. Des organisations non gouvernementales comme SOS Esclavage dénoncent "une soi-disant éthique qui nous ramènera au spectacle désolant des gladiateurs". Elles invoquent aussi les dangers du dopage pour la santé des sportifs. Enfin, certains critiquent les futures performances à deux vitesses.

Ces critiques sont un peu faciles. Quelle autre solution aurait bien pu être proposée pour redonner ses lettres de noblesses au sport ? Le qualificatif de " gladiateurs " est utilisé à mauvais escient : les sportifs seront libres de choisir leur catégorie, ils ne seront jamais réduits en esclavage. Quant aux dangers pour la santé, il est clair que, dans la haute compétition comme ailleurs, le risque zéro n'existe pas. On ne saurait faire fi trop vite de l'expérience et des recherches des scientifiques qui travaillent depuis plusieurs années à l'amélioration des performances.

En privilégiant la transparence, le CIO choisit le progrès. Gageons que les esprits fâcheux se rallieront à cette décision de bon sens qui rendra aux compétitions sportives tout leur intérêt, tout en préservant à la fois l'honneur des sportifs et le plaisir du public. Et c'est bien cela le plus important.

#CIA | #jeux olympiques | #dopage | #risque zéro |

 

Rédacteur Suprême

lire tous ses billets

 

précédent : 01-09-1999

Un avion arrive à l'heure prévue à l'aéroport de Bruxelles

suivant : 11-11-1999

Les conséquences de l'éclipse : la Commission de Bruxelles débloque dix millions d'euros pour indemniser les éleveurs

AUCUNE REPRODUCTION DE CE SITE N'EST AUTORISEE SANS L'ACCORD PREALABLE DU REDACTEUR SUPREME
© Désinformations.com | web-journal satirique 1999-2017 | contact | à propos des cookies | mentions légales